Vidéo. La jeunesse du PPS tient son Université d'été à Azemmour

141

La Jeunesse Socialiste du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) tient, du 27 au 30 Septembre en cours, son Université d’été, placée sous le thème «pour une nation qui progresse par sa jeunesse».
Cette édition, dont le coup d’envoi a été donné jeudi au centre d’estivage Haouzia d’Azemmour, est dédiée à «feu Mohammed Benseddik», offrant ainsi l’occasion de rendre un hommage posthume à ce «militant sincère et journaliste engagé», en reconnaissance de «ses sacrifices et des énormes services» que l’enfant de Targuist a rendus à son parti et à son pays depuis son jeune âge.
L’université d’été est aussi pour les dirigeants du parti de sonder les attentes et les avis des jeunes par rapport aux diverses problématiques les plus préoccupantes pour le pays. «Il s’agit, en fait, d’une approche d’écoute qui a été toujours adoptée par le parti et qui s’inscrit dans le cadre du renforcement de la démocratie interne du PPS», souligne Jamal Krimi Benchekroun, secrétaire général de la Jeunesse Socialiste.

Intervenant lors de la séance inaugurale devant quelques 500 jeunes participants venus de toutes les régions du royaume, le secrétaire général du parti, Mohamed Nabil Benabdellah, a mis en avant «le malaise que traverse la jeunesse partisane», ainsi que le rôle important et précurseur qu’elle est appelée à jouer dans le processus de réformes et de changement en cours au Maroc. Il existe, a- t-il affirmé, des potentialités jeunes et prometteuses qui aspirent à constituer «une force de changement par excellence», à participer à la vie politique et à exercer pleinement sa citoyenneté.
Le secrétaire général du parti a par la suite mis l’accent sur l’état préoccupant que traversent certains secteurs socio-économiques du pays, notamment l’enseignement, l’emploi et la santé. Il a, à cet effet, étayé ses thèses par les rapports des dernières études effectuées par le Conseil Économique et Social et le Haut-Commissaire au plan à ce sujet.
Le gouvernement est par conséquent appelé à améliorer ses performances au niveau de l’œuvre du développement économique et social du pays, de la création des emplois et de la répartition des richesses dans l’objectif de promouvoir la justice sociale et spatiale et ouvrir de nouvelles perspectives, a-t-il indiqué.
Il a, en outre, invité le gouvernement à engager de véritables débats sur les questions de fond et ouvrir de nouveaux chantiers de réformes dans le but de donner «un nouveau souffle démocratique», fondé sur «la mise en oeuvre de l’économie nationale», la crédibilité dans la vie politique, la consécration de de la constitution de 2011, des institutions fortes, des partis qui se respectent, un état de droit et une justice sociale équitable.