Vidéo. Excédés par les retards de trains, des voyageurs tiennent un sit-in à Casa-Port

2342

Pour bien faire entendre leur ras-le-bol, plusieurs voyageurs ont convenu d’organiser un grand rassemblement demain à 8h du matin, jeudi 12 octobre à la gare Casa-Port, pour dénoncer les retards des trains et « l’insouciance des responsables de l’ONCF ».

Les usagers des trains de l’Office national des chemins de fer (ONCF) n’ont peuvent plus. Ce mercredi soir, ils ont laissé éclater leur colère dans la gare Casa-Port. En cause: « les retards répétitifs des trains, le manque de réactivité et de communication des responsables de l’Office, en plus de la mauvaise qualité des services », pointent plusieurs voyageurs. Ces derniers ont improvisé un grand sit-in ce soir, excédés par un énième retard.

Et la colère ne s’est pas s’atténuée bien que nombre de voyageurs ont été remboursés et que des explications ont été avancées par des cadres de l’Office. Ces derniers ont, en effet, justifié ce retard par « des problèmes de radars au niveau de Ain Sbaa ».

Mais pour bien faire entendre leur ras-le-bol, plusieurs voyageurs ont convenu d’organiser un grand rassemblement demain à 8h du matin (jeudi 12 octobre) à la gare Casa-Port, pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’ »insouciance des responsables l’ONCF ».

« L’ONCF ne considère pas ses clients et, souvent, ne prend même pas la peine de nous informer des retards et des pannes devenues de plus en fréquents ces derniers temps », ont déploré plusieurs habitués du train navette rapide, « qui n’a de rapide que le nom ».

A noter que l’ONCF avait annoncé récemment que « des désagréments » seraient occasionnés par des travaux au niveau des installations ferroviaires dans les gares d’Ain Sebaâ et Casa Voyageurs dus à la dernière phase d’aménagement du carrefour de Casablanca.

A cet effet, l’Office avait indiqué que la circulation sera interrompue du mercredi 27 septembre au dimanche 31 décembre 2017 à des périodes fixes pour une durée de 5 heures la nuit, entre Sidi Maarouf et Zenâta et dans le triangle de Casablanca.

Toutefois, il semble que « ces désagréments » sont devenus de plus en plus imprévisibles pour les responsables de l’ONCF et intolérables pour les usagers.