Vidéo & diapo. Taza: suicide et intoxication massive dans un centre de classes prépas

21414

20 étudiants du centre Charif Idrissi des classes préparatoires de Taza ont été hospitalisés lundi suite à une intoxication alimentaire. Plus tôt dans la même journée, une autre étudiante de l’établissement s’est suicidée en mangeant du poison à rat.

La journée du 20 novembre a été mouvementée au centre Charif Idrissi des classes préparatoires pour les grandes écoles de Taza. Peu de temps après avoir pris leurs dîner au restaurant de l’internat du centre, 20 étudiants ont ressenti des douleurs atroces à l’estomac. Certains d’entre eux auraient même perdu connaissance.

« Nous nous plaignons depuis des mois de la mauvaise qualité des repas. Du coup, nous avons boycotté le petit déjeuner et le déjeuner de la journée, mais certains étudiants ont fini par prendre le dîner au restau, ils ont failli mourir », a confié à H24Info un étudiant présent à l’hôpital. « Dès la présentation du repas, une viande hachée pourrie, nous avons remarqué son odeur insupportable, mais sans savoir que nous risquions nos vies en mangeant une telle nourriture », a témoigné par téléphone une autre étudiante hospitalisée.

Les services ambulanciers de l’hôpital Ibn Baja de Taza ont transporté les étudiants intoxiqués aux urgences. Les 20 victimes actuellement hospitalisées « vont beaucoup mieux après l’intervention des médecins sur place » et « peuvent quitter dès ce matin l’hôpital », selon la même source. Les étudiants qui sont restés au centre Charif Idrissi ont décidé de passer la nuit hors des chambres en guise de protestation contre l’incident.

 

Dans la même journée, une étudiante de première année s’est suicidée en consommant du poison à rat. « Nous avons cru au début qu’il s’agissait également d’un autre cas d’intoxication à cause du dîner, mais le directeur de l’hôpital Ibn Baja nous a expliqué qu’il s’agissait d’un cas de suicide », apprend-on d’une source estudiantine, qui ne donne pas plus de détails sur les circonstances du drame.

Les étudiants du centre Charif Idrissi réclament depuis le début de l’année universitaire des travaux de réhabilitations au sein de l’établissement, ainsi que l’amélioration de la qualité des repas proposés par l’internat du centre. Des images montrent l’état désastreux des des services sanitaires du centre censé préparer ces étudiants à rejoindre les grandes écoles du royaume.

Contacté à plusieurs reprises par H24info, le directeur du centre est resté injoignable.