Vidéo. Des étudiants algériens expulsés du Canada, bloqués à l’aéroport Mohammed V

23572

Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, un groupe d’étudiants algériens affirme être bloqué à l’aéroport de Casablanca, après avoir été expulsé du territoire canadien.

Publiée dans la soirée du mardi 12 janvier sur le groupe «les Algériens de Montréal», la vidéo est tournée par l’un des étudiants qui affirme être bloqué avec ses camarades à l’aéroport Mohammed V de Casablanca, «étant donné qu’il n’y a aucun vol pour les rapatrier en Algérie».

Ils sont douze, tous «expulsés hier (lundi 11 janvier) à leur arrivée à Montréal par les services de l’immigration canadienne». «Ils sont livrés à eux-mêmes en ce moment dans la salle d’attente réservée aux voyageurs en transit», affirme-t-il.

Contactés par le journal La Voix du Maghreb les étudiants expliquent que «les services frontaliers canadiens à Montréal leur ont exigé de remplir des conditions d’entrée au Canada qui n’étaient pas prévues lorsqu’ils ont entrepris les démarches pour obtenir le visa d’études».

Expulsés à bord d’un avion, faisant escale à Casablanca, ils n’ont pas pu embarquer dans un autre avion pour retourner en Algérie.

 

Lire aussi: Airline Ratings: Air Algérie parmi les compagnies les moins sûres au monde, la RAM obtient la meilleure note

 

Une fois à l’aéroport Mohammed V de Casablanca, «(ils) ont pris contact avec des responsables de la compagnie Royal Air Maroc pour leur demander d’assurer leur hébergement». Cependant, les étudiants affirment avoir passé leur «première soirée sur les bancs de la salle commune pour voyageurs», se plaignant également d’un «manque de nourriture».

Ils ont également dénoncé le fait que «la compagnie aérienne n’ait pas assuré leur vol retour Casablanca-Alger».

Pour rappel, «des milliers d’Algériens demeurent bloqués à l’étranger depuis le début de la pandémie», indiquait il y a seulement une semaine le site TSA. Mais alors qu’Air Algérie affirmait fin décembre maintenir ses vols de rapatriement «jusqu’à la résorption de toutes les demandes des citoyens bloqués à l’étranger», certains vols ont été brusquement déprogrammés le 7 janvier.

Pire encore, selon le site spécialisé visa-algerie, «l’opération de rapatriement en cours n’ira pas à son terme, prévu le 31 janvier prochain. Elle sera suspendue dès le 17 janvier », laissant ainsi  près de 25.000 citoyens (chiffre fourni par le ministère algérien de l’Intérieur à la date du 7 janvier) encore bloqués le début de la pandémie, soit pratiquement une année.