Vidéo. Bassima Hakkaoui s'explique sur la chute mortelle de Saber El Haloui

Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social a été interpellée ce lundi par les députés au sujet de la chute mortelle du non-voyant Saber El Haloui, le 7 octobre dernier, du toit de son ministère.

La première séance plénière de l’année législative consacrée aux questions orales s’est tenue ce lundi 15 octobre à la Chambre des représentants. La majorité de ces questions ont été adressées au département de la Famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social. La ministre Bassima Hakkaoui a en effet été interpellée au sujet de la chute qui a causé la mort du malvoyant Saber El Haloui, le 7 octobre dernier.
Des représentants des partis de l’opposition ainsi ceux de la majorité, ont demandé au ministre des éclaircissements sur les circonstances du décès du jeune homme, et des précisions sur les résultats de l’enquête. Bassima Hakkaoui a précisé qu’un groupe de malvoyants s’était infiltré dans l’immeuble qui abrite le ministère, mercredi 3 octobre dernier à 6h du matin, en fracturant la porte d’entrée, avant d’occuper le toit où ils manifestent jusqu’à aujourd’hui.
Lire aussi: Un manifestant non-voyant décède après avoir chuté du toit du siège du ministère de la Famille
Hakkaoui a déclaré que le ministère a contacté les autorités ainsi que les services de sécurité, puis a tenté de rentrer en contact avec les manifestants pour connaître la nature de leurs revendications. La ministre a ajouté que tout au long des jours précédant le drame, le ministère n’a pas cessé de négocier avec les manifestants et de les inviter à descendre pour ne pas mettre leur vie en péril. Une réunion a même été organisée entre des représentants du gouvernement et des manifestants, sans parvenir à un compromis. Ces derniers réclamant leur embauche immédiate.
Quant aux résultats de l’enquête sur la mort de Saber El Haloui, Bassima Hakkaoui a déclaré que seul le parquet est habilité à en divulguer les résultats. La ministre a par ailleurs confié que les manifestants sont descendus au 4e étage, ce dimanche 14 octobre, et ont essayé de casser la porte de son bureau.