Vidéo. Al Hoceima: le ministère de la Santé s’explique sur le centre d’oncologie

364

La création d’un centre d’oncologie à Al Hoceima est l’une des principales revendications du Hirak. Le ministère de la Santé assure que « le centre existe bel et bien ».

Les manifestants d’Al Hoceima appellent à la mise en place de cette structure vitale pour lutter contre le cancer dans une région où la population souffre des séquelles des armes chimiques utilisées par la colonisation espagnole.

Sauf que les responsables du ministère de la Santé affirment que ce centre existe bel et bien, et est opérationnel depuis son inauguration par le roi Mohammed VI le 25 juillet 2008.

«Depuis sa création, cet hôpital qui dispose de dix équipes spécialisées a effectué 16.876 séances de chimiothérapie et 8445 séances de radiothérapie», indique un communiqué du ministère publié mercredi 7 juin en réaction à la diffusion d’une vidéo du chroniqueur Mohamed Tijini mettant en doute l’existence actuelle de ce centre (ci-dessous).

 

https://www.youtube.com/watch?v=eEU1xYxBzJM

 

Par ailleurs, le ministère souligne qu’une remise à niveau de ce centre mobilisant 15 millions de dirhams est prévue dans le cadre du programme de développement de la région de d’Al Hoceima «Manarat Al motawassit». Dans ce but, une enveloppe de 12 millions de dirhams est destinée à l’équipement du centre en appareils biomédical.

Aussi la même source n’a pas manqué de pointer du doigt la déclaration d’un responsable de la Région d’Al Hoceima selon laquelle les fonds alloués à cette opération de rénovation ont été suspendus par le ministère. «Nous n’avons reçu ce budget qu’après signature d’un accord avec la Région le 21 avril dernier», assure le ministère dans son communiqué, ajoutant que les travaux de mise à niveau de ce centre sont à des stades avancés.

Pas sûr que les arguments avancés par le département de Houcine El Ouardi réussissent à convaincre les partisans du Hirak. Ces derniers ne contestent pas l’existence du centre d’oncologie, mais estiment que cette installation serait « sous-équipée » et manquerait d’ « effectifs suffisants ».