Urbanisme: le ministère de l’Intérieur sanctionne 50 hauts fonctionnaires

4612
Crédit: DR.

Le ministère de l’Intérieur a émis une liste des responsables interdits de promotion. 50 hauts fonctionnaires dont des secrétaires généraux, des directeurs des affaires générales, des pachas, des présidents d’arrondissements et des caïds auraient couvert des infractions liées à l’urbanisme.

Les raisons de cette interdiction d’avancement aux échelons supérieurs diffèrent d’un responsable à l’autre. Le point commun entre ces responsables c’est qu’ils n’ont pas dénoncé des infractions urbanistiques.

Ce qui justifie le gel de l’avancement dans les échelles de l’administration, selon les sources au sein du département dirigé par Abdelouafi Laftit citées par Assabah dans son édition du mercredi 19 février.

Sur plus de 70 dossiers d’hommes d’autorités examinés par 18 conseils de discipline tenus par le ministère pendant les deux dernières années, 50 ont été ponctués par des sanctions, dont 10 révocations définitives. Assabah indique que ces derniers n’ont pas respecté les règles administratives en vigueur.

 

Lire aussi: Malversations: l’Intérieur traîne en justice 30 présidents de Conseils de communes

 

Parallèlement avec le gel de la promotion, les responsables en question ont fait également l’objet de mutations dans d’autres provinces.  Ce qui a provoqué la colère de beaucoup d’entre eux ajoute la même source.

Le ministère de l’Intérieur ne se montre plus indulgent avec les hommes d’autorité, quels que soient leurs grades. En outre du gel de la promotion et des mutations, l’Intérieur procède à la dégradation  à l’image de certains pachas qui sont devenus des présidents d’arrondissement ou encore des présidents d’arrondissement qu’on a dégradé aux postes de caïds.

A travers la Direction des affaires générales, le ministère de l’Intérieur suit tous les dossiers impliquant les hommes d’autorité et n’hésite pas à appliquer les dispositions administratives s’il le faut. Ladite direction insiste à ce qu’il n’y ait pas d’ «indulgence» de la part de la justice concernant les infractions commises par les fonctionnaires, quels que soient leurs rangs.