Une seule dose des vaccins Pfizer ou AstraZeneca réduit de 50% la transmission du virus au sein d’un ménage (étude)

Une seule dose des vaccins Pfizer/BioNTech ou AstraZeneca/Oxford réduit jusqu’à 50% la transmission de coronavirus au sein du même ménage, selon une étude de l’Agence Public Health England (PHE), publiée mercredi.

Cette recherche a révélé que les personnes infectées trois semaines après avoir reçu leur premier vaccin étaient entre 38 et 49% moins susceptibles de transmettre le virus à leurs contacts familiaux que celles qui n’étaient pas vaccinées.

L’étude a été réalisée auprès de 57.000 contacts dans 24.000 ménages dans lesquels une personne vaccinée a été testée positive et les a comparées à près d’un million de contacts de personnes non vaccinées.

« Les ménages sont considérés comme des milieux à haut risque de transmission et des résultats similaires pourraient être attendus dans d’autres contextes présentant des risques de transmission similaires, tels que les logements partagés et les prisons », souligne la PHE.

« Non seulement les vaccins réduisent la gravité de la maladie et préviennent des centaines de décès chaque jour, mais nous voyons maintenant qu’ils ont également un impact supplémentaire sur la réduction du risque de transmettre Covid-19 à d’autres personnes », a déclaré Mary Ramsay, responsable de la vaccination chez PHE.

 

Lire aussi: Covid-19: la campagne de vaccination élargie aux plus de 55 ans

 

De son côté, le ministre britannique de la santé, Matt Hancock a salué « des nouvelles formidables ». « Nous savons déjà que les vaccins sauvent des vies et cette étude complète menée en conditions réelles, montre qu’ils réduisent également la transmission de ce virus mortel ». a-t-il dit.

Des recherches antérieures ont déjà montré que la vaccination contre Covid-19 réduit de 65% le risque de développer une infection symptomatique, quatre semaines après avoir reçu une première dose.

D’autres études de PHE avaient également prouvé que le déploiement réussi du vaccin au Royaume Uni avait évité 10.400 décès chez les plus de 60 ans à fin mars.