Une centaine de députés libyens réunis à Tanger pour des consultations

767

Une centaine de députés libyens de tous bords participent jusqu’à mercredi à une réunion consultative à Tanger, encouragés par l’ONU qui s’affaire à trouver une solution politique à la crise libyenne.

La Libye est plongée dans le chaos depuis le soulèvement appuyé par l’Otan qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Deux autorités s’y disputent le pouvoir: le Gouvernement d’union nationale (GNA) à Tripoli, reconnu par l’ONU, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, homme fort de l’Est soutenu par une partie du Parlement élu.

Depuis quelques mois, les médiations pour sortir ce pays de la crise se multiplient tandis qu’un accord de cessez-le-feu permanent a été signé fin octobre entre les deux parties.

« Nous travaillons ici à mettre en place une feuille de route avant une session officielle en Libye pour (…) unifier la Chambre des représentants et sortir le pays de la crise », a dit à l’AFP le député Mohamed Raied, basé à Misrata (ouest), à l’ouverture des travaux.

« Nous menons des réunions consultatives pour rassembler les points de vue », a affirmé la députée Asmahan Belaoun, du Parlement de Tobrouk (est).

 

Lire aussi. Libye: pas d’accord sur de futurs dirigeants, nouvelles discussions dans une semaine

 

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (Manul) s’est félicitée mardi dans un communiqué qu’un « éventail aussi diversifié de parlementaires des trois régions de Libye se réunisse sous un même toit », y voyant une « étape positive et bienvenue ».

« La Manul a toujours soutenu l’unité de la Chambre des représentants et nous espérons qu’elle répondra aux attentes du peuple libyen pour la mise en oeuvre de la feuille de route convenue par le Forum de dialogue politique libyen en vue de la tenue d’élections nationales le 24 décembre 2021 », a-t-elle ajouté.

Une première session du Forum de dialogue politique organisée mi-novembre à Tunis, sous l’égide des Nations Unies, avait permis de trouver un accord sur des élections le 24 décembre 2021, mais pas sur les noms des futurs dirigeants de la transition.

Une deuxième session a démarré lundi en format virtuel.