Un pédophile rejugé en France après une cavale de 15 ans au Maroc

Crédit: DR.

Âgé aujourd’hui de 67 ans, l’homme vient d’être condamné à de la prison ferme pour des faits remontant à 15 ans. Durant toutes ces années, il vivait au Maroc où il avait monté un réseau de pédophilie. 

Rejugé devant les assises du Finistère, un homme a été condamné ce jeudi 22 avril à quinze ans de prison pour pédophilie, après une cavale qui a duré plus de quinze années, rapporte 20 minutes.

En 2006, l’homme en question est arrêté et soupçonné «de viols, tentatives de viols et agressions sexuelles sur sa fille et sa nièce, âgées de 4 et 11 ans». Comparaissant en état de liberté, l’accusé réussit à s’enfuir au bout du quatrième jour de son procès, poursuit la même source.

Originaire de Quimper, il achète un aller simple pour Casablanca et disparaît des radars, bien qu’un mandat d’arrêt soit lancé contre lui, après sa condamnation par défaut à treize ans de prison, en décembre 2007.

 

Lire aussi: L’affaire Imane ou le laxisme de la justice face à la pédophilie et à l’inceste

 

Au Maroc, il vivra caché durant plusieurs années et montera même un réseau de pédophilie, rapporte Ouest France.

Le Français entretenait une «relation intime avec deux jeunes femmes employées comme domestiques, avant de solliciter auprès d’elles des rencontres avec des fillettes d’une dizaine d’années», rapporte la même source.

Suite à la plainte déposée par la grand-mère d’une des victimes, âgée au moment des faits de 7 ans, le pédophile sera arrêté. Le récidiviste se présentera en tant que journaliste devant le tribunal de Casablanca. En mai 2013, il est condamné à douze ans de prison pour «pédophilie», «constitution d’une association criminelle» et «séjour illégal dans le royaume».

Les deux domestiques considérées comme des complices ont été condamnées chacune à 8 ans de prison, indique Le Télégramme.

Après avoir purgé sa peine, le pédophile a été extradé en France puis rejugé dans le cadre de la même affaire. Lors du procès qui s’est déroulé du 19 au 23 avril, il a nié tous les faits.