Un journaliste égyptien s’infiltre à Tindouf et dévoile les « dessous » du Polisario

2180
.DR

«Le polisario: chute de la dernière feuille», tel est le titre d’un livre qui prédit l’apoptose de mouvement séparatiste. Ce livre signé par le journaliste égyptien Hani Abou Zaid a été présenté, samedi dernier, en marge de la tenue du forum stratégique maroco-égyptien.

«L’apoptose» du polisario n’est qu’une affaire de temps. C’est ce qui découle de l’intervention du journaliste égyptien Hani Abou Zaid lors de la présentation de son livre «Le Polisario: la chute de la dernière feuille», samedi dernier à Dakhla.

S’exprimant en cette occasion, Abou Zaid a indiqué que son livre s’articule principalement autour du rôle de la diplomatie marocaine et de son fort dynamisme au cours des dernières années. Un dynamisme qui a permis, affirme-t-il, de convaincre beaucoup de pays à travers le monde de la justesse de la cause marocaine.

 

Lire aussi: Africa Eco Race: pour Bourita, la position du Polisario est un « délire pathétique »

 

Tout en rappelant que la diplomatie marocaine a sillonné les quatre coins du monde pour défendre et préserver l’intégrité territoriale du Maroc, il a souligné à cet égard que «l’ouverture de consulats dans la région est une reconnaissance du Sahara marocain», rapporte Al Massae dans son édition du mercredi 22 janvier.

L’auteur du livre composé de dix chapitres (206 pages), édité chez la maison «Al Moacher pour l’imprimerie et l’édition», a mis en avant le rôle de la diplomatie marocaine au cours des quatre dernières années, en particulier les visites effectuées par le roi Mohammed VI dans de nombreux pays africains et leur succès.

Dans cette veine, il a noté que «grâce à ces visites la plupart des pays ont retiré leur reconnaissance de la prétendue république».

 

Lire aussi: Sahara: la Grèce considère le plan d’autonomie marocain comme « crédible » et « sérieux »

 

Le journaliste égyptien n’a pas caché son étonnement du niveau de développement de la ville de Dakhla, qu’il visite pour la première fois, comparativement à Tindouf où il est resté pendant 15 jours au cours desquels il a perçu de ses propres yeux les conditions où vivent les réfugiés sahraouis.

A cet égard, il a expliqué que « beaucoup veulent retourner dans la patrie en raison des conditions difficiles et des conditions tragiques que connaissent les camps, mais les dirigeants là-bas refusent cela parce qu’ils marchandent avec ce conflit».

S’exprimant en cette occasion, le doyen de la Faculté de droit de l’Université Cadi Ayyad, El Houssain Abouchi, a considéré que ce livre qui repose sur un ensemble de faits et de données appuie la position marocaine sur cette question et défend les droits légitimes du royaume par rapport à ses provinces du sud.

 

Lire aussi: Daech risque de s’étendre jusqu’au Sahara marocain après l’intervention turque en Libye

 

Pour lui, le présent livre a dévoilé la nature de ce conflit fabriqué et la réalité du front Polisario qui prétend être un mouvement de libération. Et d’ajouter, «Le polisario: chute de la dernière feuille réfute les arguments fondateurs de la thèse de la séparation et met au grand jour la nature du rôle de l’Algérie dans ce conflit ».

A noter, par ailleurs, que les participants au premier Forum stratégique maroco-égyptien, tenu samedi sous le signe «Maroc et Egypte: les rôles possibles en Afrique du Nord, au Sahel et Sahara», à Dakhla, ont salué la décision des pays africains d’ouvrir des consulats dans les provinces du sud du royaume.