Un journaliste de Medi1tv traite une intellectuelle tunisienne de «bâtarde», la Toile s’indigne

à 18:27
Youssef Belhaissi. Crédit: DR.

Le célèbre présentateur des JT de la chaîne Médi1tv, Youssef Belhaissi, s’est attaqué avec virulence à l’intellectuelle tunisienne Hela Ouardi, la qualifiant de «bâtarde», suscitant l’indignation des internautes.

Le cheikh salafiste Hassan Kettani a un nouvel allié, en la personne du présentateur du journal télévisé de la chaine Médi1tv Youssef Belhaissi. Après les attaques virulentes formulées hier par le cheikh takfiriste à l’encontre d’invités ayant pris part à une table ronde au Festival Twiza qui se déroule actuellement à Tanger, dont l'écrivain Ahmad Assid, voilà que le journaliste de Médi1tv, que l’on est pourtant loin de soupçonner d' accointances avec la mouvance salafiste, lui a emboité le pas ce dimanche sur les réseaux sociaux.

Lire aussi: Vidéo. «Les spermatozoïdes féminins», la nouvelle trouvaille d’Abouzaid El Idrissi

Réagissant à l’invitation de l’intellectuelle tunisien Hela Ouardi, auteure du livre «les derniers jours de Muhammad», Belhaissi s’est fondu d’un post Facebook des plus agressifs, dont voici les propos : «Une écrivaine tunisienne (Hela Ouardi) met en doute l’existence du prophète Mohamed lors d’une conférence à Tanger. Dès qu’il y a un bâtard ou une bâtarde qui s’autoproclame écrivain on l’invite chez nous. Le plus grave c’est que c’est avec la bénédiction du ministère de la Culture».

Des propos qualifiés de "graves" qui ont aussitôt suscité l’indignation chez plusieurs de ses abonnés (il en compte plus de 200.000) sur sa page Facebook. « Quand est-ce tu prendras les armes pour rejoindre tes compagnons d’Al Nosra », lui lance avec ironie un des commentateurs, quand d’autres lui demandent de répondre avec des arguments au lieu de proférer des insultes.

Née en 1973, Hela Ouardi est une universitaire tunisienne de renom, professeure à l'université de Tunis - El Manar et auteure de plusieurs ouvrages spécialisés dans l'islam et de littérature française.