Un élu PJD doute des motivations des bénévoles belges à cause de leur tenue

à 19:00

Dans une publication partagée sur son profil Facebook, l'élu PJD, Ali El Asri s'est montré suspicieux quant aux réelles motivations des bénévoles belges venues construire une route à Taroudant. Ali El Asri qualifie leurs tenues de "légère" et d' "inconvenables" pour une région connue pour son conservatisme".

Dans une publication partagée sur son profil Facebook, Ali El Asri, élu PJD doute des réelles motivations des bénévoles belges venues construire une route samedi dernier à Taroudant. "Depuis quand les Européens font des travaux en tenues de natation?", ironise-t-il.

En guise d'argument, l'élu PJD explique que les "Européens sont normalement stricts quant aux normes de sécurité à respecter dans les chantiers et industries, et qu'ils portaient normalement des casques et des gants".

El Asri s'interroge donc sur "la présence de ces bénévoles belges en tenues de plage, et en groupe, comme si elles le faisaient exprès".

 

Lire aussi: Un enseignant arrêté pour avoir appelé à "décapiter" des bénévoles belges

 

Pour El Asri, qui a supprimé sa publication quelques heures après l'avoir partagé, il faudrait s'interroger sur les réelles motivations des touristes. "Ce travail avait-il vraiment un but humanitaire ou aurait-il un autre but, sachant qu'il a eu lien dans une région connue pour son conservatisme et sa résistance à tout ce qui est occidentalisation et nudité?"

Pour rappel, plusieurs jeunes belges, dont une dizaine de jeunes femmes, ont décidé de sacrifier leurs vacances d'été pour se porter volontaires pour le balisage d’une route en piètre état dans la région de Taroudant. Cette action a suscité la sympathie des habitants et des internautes.

 

Lire aussi: Vidéo. Quand des bénévoles belges construisent une route pour un douar près de Taroudant

 

Quelques internautes ont toutefois critiqué les tenues des jeunes femmes bénévoles. Parmi eux, un enseignant qui à même appelé à "décapiter" les jeunes bénévoles. La brigade nationale de la police judiciaire, en étroite coordination avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, l'a arrêté lundi soir. Il est poursuivi pour apologie et d'incitation à des actes terroristes et a actuellement été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête menée sous la supervision du parquet spécialisé dans les affaires de terrorisme.