H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Le chercheur marocain, Abdelouahed Lagnaoui, fait partie d’une formation de chercheurs internationales qui vient d’analyser ce qui pourrait être les traces des « plus jeunes » dinosaures de Grande-Bretagne.

    Des empreintes d’au moins six espèces différentes de dinosaures ont été découvertes dans le Kent, dans les falaises et l’estran de Folkestone. La région est connue pour ses conditions orageuses qui affectent la falaise et les eaux côtières et révèlent régulièrement de nouveaux fossiles. Ces dinosaures seraient les derniers dinosaures à avoir foulé le sol britannique il y a 110 millions d’années, révèlent plusieurs médias notamment britanniques.

    Crédit : Musée de Folkestone. Via Le Gardien.

    Ainsi, les recherches de David M. Martill, Philip T. Hadland, Steve Friedrich, et le Marocain Abdelouahed Lagnaoui ont ainsi révélé ce qui pourrait être les derniers restes de dinosaures sur les plages de Folkestone.

    Parmi eux, Abdelouahed Lagnaoui, professeur de biostratigraphie et de sédimentologie à l’université Hassan ler (ESEF). Avec ses collègues, il a participé à cette étude intitulée « Les plus jeunes empreintes de dinosaures d’Angleterre et leurs implications paléoenvironnementales ».

    Philip Hadland, conservateur des collections au Hastings Museum and Art Gallery est l’auteur principal de l’article. Il a expliqué avoir rencontré des impressions inhabituelles dans la formation rocheuse de Folkestone en 2011. Des impressions qui se répétaient et pouvaient laisser penser à des empreintes de pas.

    Crédit : Université de Portsmouth / PA.

    « C’était en contradiction avec ce que la plupart des géologues disent à propos des roches ici, mais je suis allé chercher plus d’empreintes de pas et comme les marées se sont révélées davantage par l’érosion, j’en ai trouvé encore meilleures », a-t-il déclaré.

    De son côté, le professeur de paléobiologie, David Martill, a déclaré : « C’est la première fois que des empreintes de dinosaures sont découvertes dans des strates connues sous le nom de » Formation de Folkestone » et c’est une découverte assez extraordinaire car ces dinosaures auraient été les derniers à errer dans ce pays avant de s’éteindre. »

    Les empreintes de dinosaures nouvellement découvertes dans la formation Folkestone du Crétacé inférieur (Albien) (Groupe des sables verts inférieurs) du Kent dans le sud-est de l’Angleterre peuvent être désignées comme des dinosaures théropodes (carnivores), ornithopodes (herbivore aux « pieds d’oiseau » emblématiques) et peut-être ankylosaures (herbivores à trois doigts), tous considérés comme des espèces relativement «jeunes» et de taille moyenne.

     

    Lire aussi : Un dinosaure à bec de canard découvert au Maroc, une première en Afrique

     

    La présence d’empreintes de dinosaures, ainsi que de bois fossile et d’huîtres dans une matrice de grains de quartz bien arrondis indique un environnement de dépôt côtier d’une profondeur extrêmement faible, peut-être avec de courtes périodes d’ exposition subaérienne, explique le rapport publié dans la revue « Proceedings of the Geologists’ Association ».

    L’ichnoassemblage de dinosaures modérément diversifié de théropodes, d’ornithopodes, d’ankylosaures et de fossiles précédemment documentés indique un dépôt sur une plage de sable.

    Par ailleurs, la plus grande empreinte trouvée -mesurant 80 cm de large et 65 cm de long- a été identifiée comme appartenant à un dinosaure de type Iguanodon. Les iguanodons étaient également des herbivores, mesuraient jusqu’à 10 mètres de long et marchaient à deux pattes ou à quatre pattes. Concernant ces découvertes, le professeur Martill a commenté: « Trouver un tel éventail d’espèces en un seul endroit est fascinant. Ces dinosaures ont probablement profité de l’exposition aux marées sur les estrans côtiers, peut-être en quête de nourriture ou en profitant de voies de migration dégagées. »

    Share.

    Comments are closed.