Trois choses à savoir sur le variant indien

4232
.DR

Le variant indien du covid-19 a été détecté au Maroc hier, lundi 3 mai, auprès de deux touristes indiens arrivés sur le territoire par Dubaï. Voici trois choses à savoir sur ce variant surnommé « le double mutant ».

1. Le Maroc enregistre actuellement deux cas contaminés par le variant indien. Il s’agit selon le journal Assabah d’un touriste indien ayant atterri à Casablanca via Dubaï, et ayant séjourné dans un hôtel de la capitale économique avant d’être transféré à l’hôpital Moulay Youssef de Casablanca. Le deuxième cas est son ami indien résident au Maroc qu’il a rencontré à son arrivé et qui a lui aussi été isolé dans le même établissement. Les deux malades sont sous haute surveillance et selon un protocole médical strict et spécial, rapporte le média. 17 cas contacts ont été retrouvés par les autorités dont aucun n’a manifesté jusqu’aujourd’hui de signes de contamination. Il faudra patienter 5 ou 7 jours pour être sûrs qu’ils n’ont pas contracté la maladie.

2. Le variant indien n’est pas forcément plus dangereux, mais potentiellement plus contagieux. Selon ses modélisations préliminaires, l’OMS affirme que « le B.1.617 a un taux de croissance plus élevé que les autres variants en circulation en Inde ». Ce qui laisse croire en « une plus grande contagiosité « , déclare l’OMS, qui classe pourtant le variant indien dans la catégorie des « variants d’intérêt » et non des « variants préoccupants » comme les variants britannique, sud-africain et brésilien. Un variant est considéré comme « inquiétant » s’il est plus contagieux, engendre un plus grand nombre de cas graves, dépasse les défenses du système immunitaire ou réduit l’efficacité des traitements développés jusqu’à présent. L’OMS rappelle donc que « des recherches supplémentaires » sur la contagiosité, la sévérité et le risque de réinfection de ce variant sont nécessaires pour comprendre sa responsabilité dans la flambée des cas en Inde où ce variant est apparu.

3. Pour le moment, les études montrent que les vaccins peuvent neutraliser le variant indien. Le conseiller médical en chef de la Maison Blanche, Anthony Fauci, a déclaré que le vaccin indien contre le coronavirus Covaxin était efficace contre le variant indien du virus. Mais les scientifiques ne savent pas encore si ce variant est plus infectieux ou résistant aux vaccins. De son côté,  Dr. Jeremy Kamil, virologue à l’université d’État de Louisiane, note que l’une de ses mutations est similaire à celles observées dans les variants sud-africain et brésilien. Une mutation qui pourrait détourner l’immunité acquise par la maladie antérieure et la vaccination. « Je doute que le variant indien soit plus infectieux que le variant britannique -et nous ne devons pas paniquer », a-t-il toutefois rassuré. Résultat encourageant également en Inde. L’un des laboratoires, dirigé par le Dr. Rakesh Mishra et chargé de surveiller l’évolution des variants du covid-19 dans le pays, a annoncé que le vaccin AstraZeneca protégeait efficacement, d’après des résultats préliminaires.