Touristes scandinaves tuées: les trois suspects recherchés arrêtés à Marrakech

à 8:49
Portraits des trois suspects activement recherchés par les services de sécurité, un quatrième a été arrêté lundi 17 décembre. DR

Trois suspects recherchés depuis le meurtre de deux jeunes touristes scandinaves dans le Toubkal ont été arrêtés à Marrakech, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Les autorités avaient déjà arrêté lundi à Marrakech un premier suspect appartenant à "un groupe extrémiste", quelques heures après la découverte des corps des deux jeunes randonneuses norvégienne et danoise, dans un site isolé du massif du Haut-Atlas.

Les enquêteurs avaient diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi un avis de recherche des trois suspects alors en cavale. Tous les trois sont originaires de Marrakech, selon cet avis, et l'un d'eux a des antécédents judiciaires "liés à des actes terroristes", selon les informations obtenues par l'AFP.

Lire aussi : Le meurtre des touristes scandinaves serait un acte terroriste

Sur les photos d'identité noir et blanc diffusées par les autorités, un des suspects est vêtu d'un vêtement long blanc, porte "un kufi", une calotte blanche sur la tête, et arbore une barbe non taillée. Le deuxième porte également une barbe fournie, tandis que le troisième a un visage maigre cerné d'un bouc.

"Ces arrestations démontrent l'efficacité des forces de l'ordre", a tenu à souligner la source proche du dossier dans ses déclarations à l'AFP.

Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans et Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, étaient parties ensemble pour un mois de vacances au Maroc.

Lire aussi : Les Marocains pleurent le meurtre des deux touristes scandinaves

Leurs corps ont été découvert lundi matin dans une vallée du Haut-Atlas, sur un site isolé où elles avaient planté la tente pour la nuit, à deux heures de marche du village d'Imlil. Les deux ont été tuées à l'arme blanche, selon les autorités et l'une des deux a été décapitée, selon une source proche du dossier.

Une vidéo relayée sur les réseaux sociaux et présentée comme montrant le meurtre d'une des deux touristes est toujours en cours d'authentification, selon la source proche du dossier.