Tourisme à Marrakech: 10.000 annulations à cause du coronavirus

Les professionnels du tourisme de Marrakech ont tenu hier, lundi 2 mars, une réunion de crise organisée par l’AIH (association de l’industrie hôtelière) de Marrakech/Safi afin d’anticiper les perturbations potentielles causées par l’épidémie du coronavirus. 

Le secteur du tourisme à Marrakech enregistre plus de 10.000 annulations de réservations touristiques à Marrakech, révèle ce jour L’Économiste. Le président de l’AIH, Salaheddine Naciri, appelle à la cohésion et à la vigilance sans céder à la la panique.

Abdelatif Kabbaj a quant à lui souligné que les fake-news risquent de faire souffrir la destination et l’économie plus que l’épidémie et les conséquences de cette maladie. Toutefois, les effets du coronavirus sur le tourisme marrakchi se font de plus en plus sentir.

« Le réseau des tours opérateurs français, le Seto, prévoit un ralentissement de 30 à 60% pour l’Afrique », confie un opérateur. Dans la ville ocre, les annulations de réservations se comptent par milliers, poursuit le quotidien économique, soit plus de 10.000 selon les professionnels du secteur touristique qui n’en sont pas à leur première crise.

« Il y a eu le Sras, Ebola, les attentats terroristes, Marrakech a toujours montré sa résilience », rassure un expert, membre de la cellule de suivi et de communication.

 

Lire aussi : Coronavirus: 4e décès en France sur 204 cas confirmés

 

En tout cas, les hôteliers ont commencé à sensibiliser leur personnel pour renforcer l’hygiène dans les cuisines, le nettoyage des chambres, des WC, mettre à disposition du désinfectant pour les mains dans les endroits stratégiques, précise le quotidien.

Une cellule de crise vient également d’être créée dans la ville ocre afin de suivre les annulations et les données stratégiques. Les professionnels appellent les autorités sanitaires et sécuritaires à se joindre à cette cellule.

Dr Hicham Boukhsibi, médecin directeur du bureau communal d’hygiène, indique à nos confrères que la mairie dispose d’un bureau d’hygiène avec un dispositif prêt en cas de détection de cas, pour la prise en charge comme pour la désinfection des lieux publics.