Théorie du complot: Balafrej répond indirectement à Mounib sur le coronavirus

2585
DR.

Les théories du complot autour du coronavirus s’invitent même chez nos politiciens. Répondant indirectement à sa collègue, Omar Balafrej accuse et dénonce ceux qui les propagent.

Le député de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), Omar Balafrej, a posé une question écrite au chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani sur les théories du complot entourant le coronavirus. Son ambition est d’«encourager la pensée rationnelle et combattre les théories du complot», écrit-il sur Facebook.

 

Lire aussi: Coronavirus: voici les mesures de prévention qui pourraient être adoptées au Maroc

 

Pourtant, ces théories émanent de son propre rang, n’ont pas manqué de signaler certains internautes. En effet, la propre responsable politique de la FGD et secrétaire général du Parti socialiste unifié, Nabila Mounib, a déclaré que le coronavirus était un «complot», étant donné que, selon elle, certaines puissances «créent la maladie et le remède quand ils le veulent», assurait-elle, jeudi dernier, devant des étudiants de l’Institut supérieur de Journalisme et d’Information.

« Des propos mal reportés »

Mais voilà qu’Omar Balafrej tacle ces «théories qui ne sont pas basées sur des faits scientifiques», qu’il demande à combattre. Selon lui, il faut «encourager la recherche scientifique rationnelle et fondée», en plus d’aider à vulgariser les termes scientifiques.

Contacté par H24info, Nabila Mounib, affirme que «(ses) propos ont été mal raportés». Néanmoins, elle assure «qu’il y a une théorie du complot, qu’il y a un interventionnisme international et qu’il y a toujours eu des guerres par drones et des guerres bactériologiques».

 

Lire aussi: Le coronavirus dépasse les 3.000 morts, l’économie mondiale en berne

 

Interrogée sur les propos de son collègue, Nabila Mounib se contentera d’un: «Moi je travaille, je ne suis pas là pour suivre ce que disent les autres», avant de lancer un défi: «J’ai une hypothèse, je n’ai rien confirmé. Cue ceux qui m’attaquent confirment le contraire».