Tétouan: des migrants subsahariens condamnés à 2 mois de prison ferme

1109
DR.

Le tribunal de première instance de Tétouan a condamné lundi soir 18 migrants à deux mois de prison ferme et à une amende de 500 dirhams. Ils étaient accusés de violence, d’avoir lancé des jets de pierres envers les forces de l’ordre et utilisé des armes blanches.
Les migrants étaient accusés d’avoir attaqué les forces de l’ordre lors de leur tentative de franchir l’enclave séparant Sebta et Fnideq, le 22 août dernier.
La même source précise qu’ils font partie du groupe des 116 migrants qui ont réussi à s’infiltrer à Sebta le jour de l’Aïd Al Ahda avant que les autorités espagnoles n’interviennent pour les reconduire au poste frontalier marocain. Une opération d’expulsion qui s’est fondée sur un accord signé entre les deux pays en 1992
Ce groupe avait pénétré dans l’enclave espagnole de sebta, frontalière du Maroc, après avoir escaladé la clôture de six mètres de haut hérissée de barbelés et blessé plusieurs agents.
Pour rappel, fin juillet, plus de 600 migrants y étaient entrés à la suite d’un passage en force marqué par des affrontements particulièrement violents avec les forces de l’ordre au cours desquels ils avaient aussi jeté de la chaux vive et des excréments sur les gardes-frontières. Depuis le début de l’année, quelque 3.100 migrants sont entrés à Sebta et Melilia, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).