Tests PCR: les laboratoires privés réfractaires à la baisse des tarifs

4787

L’ANAM propose de ramener le prix du test PCR à 450 DH pour les laboratoires privés. Une baisse tarifaire qui ne fait pas l’unanimité du côté des professionnels.

«Il faut savoir que tous les produits que nous utilisons pour la PCR, que ce soit les réactifs, les consommables, le matériel…, tout est importé. Avec la crise pandémique et la pression de la demande, les prix ont explosé», explique Said El Hafiane, président du syndicat régional des biologistes médicaux de la région Casablanca-Settat.

Dans un article de L’Economiste paru ce jour, le représentant syndical majoritaire des laboratoires privés au Maroc (près de 23 établissements) partage sa désapprobation quant à ce projet de réduction des prix des tests PCR. En effet, l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) travaille actuellement sur la mise en place d’une nomenclature pour le remboursement du test par l’AMO. Du côté des laboratoires privés, le prix passerait de 680 à 450 DH.

Pourtant, les laboratoires estiment leur coût de revient à 550 DH, sans compter les investissements réalisés pour se conformer au cahier des charges imposé par le ministère de la Santé. Le quotidien souligne également que Aït Taleb avait lui-même énoncé que le test est effectué à prix coûtant dans le public, soit 500 DH, et que selon les estimations de la commission des nomenclatures, il devrait se situer à 680 DH dans le privé.

 

Lire aussi : Covid-19: les tests PCR devraient bientôt coûter moins cher

 

« Même dans les pays où tout est fabriqué localement, la RT-PCR est facturée à plus de 60 euros, sans compter le prélèvement. Si vous le rajoutez, il faut intégrer aussi le kit, la protection du personnel, la gestion des déchets… Pour réduire ces coûts, l’Etat aurait dû sécuriser le circuit de distribution des produits », renchérit El Hafiane.

Par ailleurs, le test PCR reviendrait à quelques 800 DH pour les personnes non couvertes par l’AMO. « Nous ne donnons pas notre accord pour la proposition de sous-facturer à 450 DH pour les adhérents de la CNOPS et de la CNSS, et de surfacturer à 804 DH pour les autres citoyens. Cette mesure est même anticonstitutionnelle », commente le représentant syndical.

Différentes rencontres entre l’ANAM et les représentants des professionnels doivent avoir lieu pour parvenir à un accord sur les tarifs des tests PCR. Pour rappel, l’ANAM propose un prix inférieur à 400 DH dans les CHU et laboratoires publics (au lieu de 500 DH actuellement) et 450 DH dans les laboratoires privés.