Terrorisme: le ministère de l’Intérieur préoccupé par le retour des jihadistes et les loups solitaires

627

Le ministère de l’Intérieur est plus que jamais préoccupé par le retour des jihadistes marocains qui avaient rejoint les organisations terroristes dans les zones de conflit. 

Dans un rapport présenté hier au Parlement, le ministère de l’intérieur n’a pas caché sa préoccupation et sa crainte d’un retour des terroristes marocains, qui combattaient dans les zones de conflit en Syrie et en Irak. 

L’information est rapportée par Al Akhbar dans son édition de ce vendredi 8 novembre. Selon le rapport du ministère, ce phénomène pose un énorme défi à plusieurs pays, surtout que les organisations terroristes appellent leurs combattants à infiltrer leurs pays d’origine afin de mener des opérations et attaques terroristes. 

Le rapport souligne que le Maroc fait partie des pays menacés par le fléau du terrorisme, qui menace la sécurité et la stabilité des États. Et d’ajouter qu’en 2019, les éléments du ministère de l’Intérieur ont travaillé avec le degré le plus élevé de vigilance et de préparation.

Le ministère de l’Intérieur a également expliqué dans son rapport que les efforts déployés en 2019 jusqu’à la fin octobre ont permis de démanteler 13 cellules terroristes qui s’apprêtaient à commettre des actes criminels dans le Royaume et dans d’autres pays, mais aussi à recruter de jeunes Marocains pour combattre dans les zones de conflit.

Selon le ministère, les autorités compétentes ont rapatrié en mars, un groupe de huit Marocains qui se trouvait dans les zones de conflit en Syrie. Expulsés de Syrie, ces derniers ont été soumis à plusieurs interrogatoires judiciaires, sous la supervision du parquet général compétent. 

Le ministère a également évoqué dans son rapport, le renforcement de ses capacités de surveillance et de contrôle aux points de passages frontaliers, en s’appuyant sur les moyens techniques et technologiques à sa disposition dans les ports et aéroports du royaume.

«Le ministère et les services de sécurité travaillent sur le développement d’un partenariat stratégique avec des pays amis et voisins afin de faire face aux risques terroristes croissants», conclut le rapport. 

L’armée et les agences de transfert de fonds ciblés

Certains apprentis terroristes désirant rejoindre les zones de conflits, n’hésitent pas à cibler l’armée ou encore les agences de transfert de fonds. C’est le cas d’un individu récemment arrêté pour le braquage d’une agence de transfert d’argent à Meknès, rapporte Assabah dans son édition du vendredi 8 novembre. Le quotidien explique que le mis en cause était en contact avec des groupes terroristes à l’étranger.

Assabah fait savoir que les forces de l’ordre ont saisi au domicile des parents du mis en cause, des armes blanches, un faux pistolet et des écrits faisant l’apologie de Daech. Le journal indique ce dernier se serait radicalisé en 2014.

Il avait même l’intention d’intégrer le service militaire pour s’entraîner et bien préparer ses projets. En contact avec des combattants jihadistes, l’accusé avait tenté de braquer une agence de transfert d’argent pour récupérer les ressources nécessaires dans le but de rejoindre Daech en Syrie ou au Sahel.