Terrorisme: la cellule démantelée à Oujda prévoyait de s’attaquer à des soldats algériens

3089
DR.

Plusieurs attaques et attentats-suicides avaient été planifiés par la cellule terroriste d’Oujda. Elle prévoyait de s’attaquer à des églises, au siège de la préfecture de police à Oujda et à des casernes militaires à la frontière avec l’Algérie.

La cellule démantelée le 25 mars courant prévoyait de déclencher une guerre entre le Maroc et l’Algérie, en ciblant des soldats algériens à la frontière, titre ce vendredi 3 avril, le quotidien Assabah.

Les enquêtes menées auprès des quatre membres de la cellule ont révélé l’étendue des attaques terroristes qui allaient être commises sans l’intervention du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Les premiers détails fournis par le BCIJ, affirmaient que les membres étaient tous âgés entre 24 et 28 ans, deux d’entre eux sont des frères. L’aîné, qui selon ses propres aveux s’est radicalisé à travers les sites de propagande du groupe terroriste État islamique, était le chef de la cellule. Il avait ainsi convaincu son frère et les autres membres de rejoindre la cellule terroriste, précise le quotidien.

La cellule se réunissait et suivait un entrainement physique intense dans la forêt de Sidi Maafa, note la même source. Ils ont également suivi des formations pour apprendre à fabriquer des engins explosifs et manipuler des armes blanches.

 

Lire aussi: Diapo. Une cellule terroriste démantelée à Oujda, quatre personnes interpellées

 

Afin de financer leur plan terroriste, les membres de la cellule prévoyaient d’abord de s’attaquer à des agences bancaires et de voler les voitures transportant de l’argent, précise le quotidien arabophone.

En détail, la cellule prévoyait de viser des bars du centre-ville, l’église Saint-Louis d’Oujda et le siège de la préfecture de police de la ville. Aussi, les touristes se trouvant dans la ville d’Oujda et la ville côtière de Saadia étaient visés par la cellule terroriste démantelée.

Mais ce n’est pas tout, les membres de la cellule ont affirmé avoir repéré et étudié une caserne militaire marocaine à la frontière avec l’Algérie. En éliminant d’abord les soldats marocains, les terroristes comptaient viser les soldats algériens, installés quelques mètres plus loin, enclenchant ainsi une guerre entre les deux pays.

Par ailleurs, les terroristes prévoyaient également de pénétrer dans la prison locale de Salé, afin d’y libérer les détenus radicalisés, conclut Assabah.