Tanger: un orphelinat fermé suite à un scandale de pédophilie

à 18:00
Felix Ramos, devant le pupitre, avec María Rodríguez, présidente de No Niño Sin Techo, et José Manuel Parada. Credits: El Espanol

Les autorités tangéroises ont démantelé un orphelinat géré par une ONG maroco-espagnole et qui est au cœur d'une affaire de pédophilie.

Les autorités marocaines ont démantelé un orphelinat géré par une ONG maroco-espagnole pour son implication dans une affaire de pédophilie. Selon le quotidien El Espanol, Felix Ramos, un photographe et présentateur de télévision connu dans le milieu du showbiz à Marbella, a été accusé d'avoir violé un mineur de l'orphelinat et a été placé en détention jeudi 20 juin à Tanger.

Un jeune marocain, M.B, âgé de 19 ans, l'a accusé de le violer depuis ses 15 ans. Selon des déclarations de l’association «Mat9isch weldi, ne touche pas à mon enfant», Felix Ramos s'était présenté à l'orphelinat en tant que propriétaire d'une chaîne de télévision à Marbella et avait tissé une relation privilégiée avec sa victime en lui présentant plusieurs célébrités. A 15 ans, le mineur a reçu une proposition de Felix Ramos de le former dans les techniques de la vidéo et de la photographie.

Lire aussi: Marrakech: cinq ans de prison pour un imam pédophile

Alors qu'il n'avait que 15 ans, l'adolescent accompagne Felix Ramos à une chambre d’hôtel à Tanger, où il est violemment violé. Ce scénario se répétera lors de visites répétées de l’Espagnol dans la ville du détroit. Une relation qui durera plus de trois ans, soutient l'association, et durant laquelle Felix Ramos obligera l’enfant à avoir plusieurs relations sexuelles avec plusieurs de ses amis, dont le chanteur espagnol Falete Ojeda, qui l’aurait violé pendant 4 jours de suite.

 

Lire aussi: Tanger: une ONG porte plainte contre deux Espagnols, dont un chanteur, pour pédophilie

 

Le jeune marocain a par ailleurs révélé que Félix Ramos avait eu des relations sexuelles avec d’autres adolescents.

La police marocaine a transféré les mineurs de l'orphelinat vers d'autres centres de la ville, sur ordre du Procureur général. La présidente et fondatrice de l'orphelinat, María Rodríguez Almendros, a quant à elle été interpellée dans le cadre de l'affaire.