Tanger: Ilyas Elomari démissionne de la présidence de la région, fin de sa carrière politique?

1197

Le président de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a présenté sa démission au wali Mohamed Mhidia, samedi 28 septembre. Ce départ surprenant de l’ancien secrétaire général du PAM constitue-il la fin de sa carrière politique?

L’information a occupé les unes de toute la presse arabophone de ce lundi 30 septembre. Le quotidien arabophone Al Massae a considéré que l’ex-homme fort du PAM «s’est précipité à démissionner avant qu’on ne l’écarte de son poste ». Et ce «au vu des différentes actions entreprises au sein du Conseil de la région en vue de l’évincer de sa présidence».

Le quotidien affirme que la démission « intervient après que les membres de l’USFP, PAM, MP, RNI et PPS du conseil aient boycotté, vendredi, une réunion de l’Agence pour la promotion et le développement des préfectures et provinces du Nord».

 

Lire aussi: Le PAM a-t-il atteint sa date de péremption?

 

Un signal qui n’est pas passé inaperçu pour l’ex-SG du Parti authenticité et modernité (PAM). Préférant éviter un lynchage sur les colonnes de la presse, Elomari n’a pas voulu avoir l’air d’un président lâché par sa majorité ou attendre jusqu’à ce qu’il subisse un «blocage politique» au sein de la région.

Le quotidien arabophone affirme qu’El Omari connaissait son sort bien avant. La preuve en est, selon la même source, que le frère d’Ilyas El Omari, Fouad El Omari ancien maire de Tanger ait pris la décision de partir s’installer avec sa famille à Malaga en Espagne. Ce qui a été compris par les observateurs comme un début d’un départ de l’ensemble de la famille Elomari du Maroc.

 

Lire aussi: PAM: Fatima-Zahra Mansouri tire à boulets rouges sur Benchamach

 

Contrairement à cette lecture qui y voit un début de la fin d’une carrière politique, le quotidien Al Ahdat Al Maghribia a considéré qu’il s’agit seulement d’une page tournée dans la carrière politique d’Elomari.

Notons qu’après cette démission, le natif d’Al Hoceima a été élu à la tête du Conseil de la région du nord en 2015. Un an après, il a été élu au poste de secrétaire général du PAM, un parti dont il est membre fondateur étant donné qu’il était l’un des plus importants initiateurs du «Mouvement pour tous les démocrates». Un poste qu’il a quitté en mai 2018 après son échec à vaincre les islamistes du PJD lors des législatives de 2016.