Tanger: des tracts extrémistes qualifient les femmes de « marchandises », une enquête est ouverte

2285
Crédit: DR.

Des tracts aux relents islamistes ont fait leur apparition dimanche dans les rues de Tanger, qualifiant les femmes non voilées de « marchandises ». La police a ouvert une enquête. 

Dimanche matin, les habitants de la ville du détroit se sont réveillés en découvrant des affiches collées sur les murs de plusieurs quartiers portant un message qui porte atteinte à la dignité des femmes. Les auteurs de ce tract tancent les « parents sans honneur » et « sans religion » coupables selon eux de « permettre » à leurs filles ou encore épouses de sortir dans la rue légèrement habillées, rapporte le média local Tanja24.com.

DR.

Usant d’un vocabulaire clairement islamiste, les auteurs anonymes de ces autocollants traitent les femmes non voilées de « marchandises bon marché » et s’indignent de ce qu’ils qualifient de « passivité » de leurs « hommes ».

Face au tollé suscité par ces affiches, la police de Tanger a ouvert ce lundi une enquête sous la supervision du parquet compétent, annonce la même source. Les enquêteurs ont commencé leurs investigations par la saisie ses enregistrements des caméras de surveillance situées dans les quartiers où les tracts ont été collés.