Souss: des dizaines de militants du PJD rejoignent le RNI

2256

Plusieurs médias ont fait écho tout au long du week-end d’une vague de démissions au sein du PJD dans la région de Souss-Massa. Selon nos sources, ce chiffre n’a pas dépassé les 29 malgré le communiqué du PJD qui fait état de 24 démissions.
Dans un communiqué publié sur le site du parti de la Justice et du développement (PJD), la formation islamiste a démenti la démission de 200 de ses membres dans la région de Chtouka Ait Baha pour rejoindre le RNI. Selon la même source, le nombre de démissionnaires serait en réalité de 24, et ajoute que «ces démissions ne porteront pas atteinte à la cohésion ni à la qualité du travail mené par le parti au niveau régional».
La direction régionale du PJD à Souss-Massa a exprimé son «respect pour la décision des personnes qui ont quitté le parti» tout en mettant en doute les raisons invoquées par les 24 démissionnaires. «Les raisons qu’ils invoquent ne sont pas réelles et la vérité est connue de tous et l’opinion publique locale et nationale en est consciente», peut-on lire sur le communiqué.
Contactée par H24info, une source bien informée des tractations des politiques au sud affirme que plusieurs partis politiques ont été surpris par une vague de départ vers le parti de la Colombe et que le communiqué du PJD cache d’autres démissions. «Ils sont 29 démissionnaires et parmi les militants du parti qui ont écrit le communiqué, cinq ont démissionné dans la soirée», ajoute notre source.
Quant au chiffre de 200 démissions, notre source a réagi avec ironie aux informations rapportées par les médias. «Au niveau de la région du Souss, aucun parti ne dépasse les 100 adhérents. Et ce ne sont pas des militants mais plutôt des candidats potentiels», assure notre source. «Il faut rappeler qu’Aziz Akhannouch est originaire de la région et tous les notables ont des relations étroites avec le chef du parti fondé par Ahmed Osmane, à l’exception des Kayouhs», insiste-t-elle.