Viandes rouges: seuls 5 abattoirs sur plus de 700 sont accrédités

1411

La décision de fermer un abattoir communal dans la ville de Berkane après la publication d’une vidéo compromettante dont H24Info s’est fait l’écho, le débat sur l’état des abattoirs du royaume est plus que jamais d’actualité.

Seuls cinq abattoirs au Maroc sont accrédités par l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA), rapporte dans son édition du mardi 8 août 2017, le quotidien Al Massae.

Selon le journal, près de 182 abattoirs municipaux et 540 abattoirs ruraux ne répondent pas aux normes de l’ONSSA et ne sont donc pas accrédités par cet organisme.

La même source ajoute, dans ce sens, qu’un tiers des viandes disponibles sur le marché marocain ne respectent pas les conditions d’hygiène nécessaires, en particulier pour ce qui concerne le transport et la distribution. Et dans la plupart des abattoirs insalubres, ce sont surtout les chambres froids qui font défaut.

De leur côté, les professionnels estiment que les mesures prises par le ministère de l’Agriculture ne sont pas suffisantes et ne pourront pas résoudre le problème de l’absence d’accréditation pour l’ensemble des abattoirs, relève Al Massae.

En effet, le ministère de l’Agriculture avait décidé d’interdire la distribution hors de leur zone de production, toute viande en provenance des abattoirs non accrédités. Seuls trois abattoirs ne sont pas concernés par cette interdiction, ceux de Casablanca, Rabat et Youssoufia. Ces derniers ont autorisation de distribuer leurs produits dans toutes les régions du royaume.

Par ailleurs, le journal souligne aussi que le Conseil de la ville de Casablanca compte s’attaquer à la problématique des conditions de vente des viandes rouges. Dans ce sens, la mairie prévoit d’imposer à tous les bouchers et vendeurs de viandes de se soumettre à des examens médicaux et de porter des tenues appropriées, des gants et des bonnets durant leur travail.

Il est aussi question de la mise en place dans les boucheries d’équipements et d’installations en aluminium, en verre et en matières inoxydables, conclut le journal.