Taza: ouverture d’une enquête après une intoxication collective et un suicide dans un centre de classes préparatoires

2033

Une enquête a été ouverte sur demande de la Cour d’appel de Taza suite à une intoxication collective dont ont été victimes des étudiants du lycée Charif Al Idrissi, ainsi que le suicide d’une étudiante par ingurgitation d’un produit toxique.

Les deux incidents ont eu lieu dans la nuit du 20 au 21 novembre. Selon Al Akhbar dans son édition à paraitre le 23 novembre, les étudiants de l’établissement sont entrés en grève suite à une intoxication massive qui a touché quelque 36 élèves, causée par un dîner de qualité douteuse.  Les étudiants ont décidé de brandir des banderoles et de passer la nuit à l’extérieur de l’établissement en signe de protestation.

Comme nous l’avons indiqué précédemment suite à des témoignages d’élèves joints par téléphone, les étudiants déplorent l’état des lieux. Selon leurs déclarations, l’établissement ne dispose pas d’installations sanitaires adéquates, de plus, la qualité des repas qui y sont servis laisse à désirer menaçant la santé des étudiants. Ces derniers nous ont déclaré que l’administration adopte la politique de la sourde oreille à chaque fois qu’ils ont des revendications.

Selon le quotidien, l’administration du lycée a tenté de rassurer les élèves mécontents en les invitants à un repas concocté à l’enceinte de l’établissement dans l’après-midi du 21 novembre.

Pour ce qui est du suicide de la jeune étudiante en ingurgitant de substances utilisées pour exterminer les rats, les raisons derrières cette acte demeurent inconnues pour le moment. L’administration de l’établissement aurait par ailleurs ouvert le débat avec les étudiants afin d’avoir plus d’informations concernant les motifs qui auraient poussé l’élève à mettre un terme à sa vie.