Réforme de l’éducation: Hassad détaille son Plan d’action

Le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Hassad, a présenté jeudi devant le Conseil de gouvernement les grandes lignes du Plan d’action pour la mise en œuvre de la Vision stratégique de la réforme du système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

 

Lors de son exposé devant le conseil de gouvernement, jeudi, Hassad a précisé que le plan d’action du secteur de l’éducation nationale, de la formation, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a trois références. Il est question des Hautes instructions royales, la Vision stratégique de la réforme 2015-2021, et le plan gouvernemental 2016-2021.

Pour Hassad, la mise en œuvre d’un plan national détaillé et précis repose sur deux domaines: le champ stratégique et organisationnel qui traite des aspects stratégiques à même d’améliorer la performance des établissements scolaires, et le champ de l’établissement scolaire en tant que point de départ et d’arrivée de toute réforme éducative.

 

Préscolaire
S’agissant du préscolaire, l’objectif est de le généraliser à l’ensemble des enfants âgés de 4 ans sur dix ans à l’horizon 2027, et via un partenariat avec la société civile et l’appui central de l’Etat.

 

Primaire
Au niveau de l’éducation primaire, l’objectif fixé est d’améliorer les compétences de base des élèves, notamment dans l’apprentissage des langues arabe et française, avec l’insertion de cette dernière en première année du primaire grâce à une méthodologie d’enseignement oral, a fait savoir M. Hassad.

Il s’agit aussi, selon lui, de réduire le nombre d’élèves dans les classes pour atteindre, à la fin du plan, 30 élèves en première et deuxième années et 34 dans les autres niveaux.
Il faut également procéder par la suite, à une révision complète du manuel scolaire et publier un nouveau manuel pour le premier, le troisième et le cinquième niveau du primaire pour la rentrée scolaire 2018-2019, puis pour le second, le quatrième et le sixième niveau l’année suivante.

 

Enseignement secondaire
Quant à l’enseignement secondaire qualifiant, le ministre a relevé que le plan vise à renforcer les capacités linguistiques et scientifiques des élèves et à faciliter le passage à l’enseignement supérieur et l’intégration dans le monde du travail à travers la poursuite de la diversification de l’offre du baccalauréat professionnel pour atteindre un taux de 10% de l’ensemble des élèves dans 4 ans.

Et d’ajouter qu’il s’agit de généraliser la création de parcours professionnels au sein des lycées techniques, d’élargir l’offre des filières internationales sur 3 ans pour englober 30% des élèves de l’ensemble des lycées qualifiants, de réduire le nombre de filières du baccalauréat, de diversifier les parcours professionnels adaptés au marché du travail et de publier un nouveau manuel scolaire de manière graduelle pour chaque niveau à partir de la rentrée scolaire 2019-2020.

 

Création de 250 établissements pour 2018-2019
Dans le cadre de ce plan, le ministre a cité la création de 55 établissements dont 26 en milieu rural, l’agrandissement de 1.948 salles lors de l’année scolaire 2017-2018, la création de 250 établissements dont 100 écoles communales en milieu rural pour l’entrée scolaire 2018-2019, outre la création de 100 établissements communaux lors de chaque rentrée scolaire en vue d’atteindre le nombre de 1.000 écoles.

 

Formation professionnelle
Le ministre a souligné que l’Office de la Formation professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT), prévoit la création de 120 nouveaux établissements à un rythme de 24 unités par an, l’augmentation de la capacité d’accueil à 668.000 sièges et l’augmentation du nombre des élèves en baccalauréat professionnel à 150.000 élèves.

Ainsi, l’objectif de la formation de 1,7 million de lauréats sera atteint à l’horizon de 2021, a-t-il estimé.

 

La bourse sera généralisée à l’ensemble des doctorants
S’agissant de la formation supérieure et de la recherche scientifique, M. Hassad a relevé le programme d’action prévoit également des mesures juridiques en vue d’augmenter le nombre des étudiants bénéficiaires de la couverture médicale, de généraliser la bourse à l’ensemble des doctorants et sur 90 % des étudiants en master.

Pour améliorer l’encadrement pédagogique, M. Hassad a préconisé, notamment, la révision des mécanismes d’embauche pour garantir plus de transparence et consacrer l’égalité des chances, le développement de règles d’embauche des professeurs et la valorisation des parcours d’embauche des compétences marocaines et étrangères.

Avec MAP