Politiques et ONG demandent la libération des détenus de Jerada

1769
Manifestations à Jerada. Crédit: DR

Une conférence de presse a été organisée ce vendredi à Rabat en soutien aux dizaines de personnes arrêtés en lien avec les événements de Jerada.
Des représentants de partis politiques de gauche, de syndicats et d’ONG réclament la libération de dizaines d’activistes impliqués dans les manifestations qui ont eu lieu à Jerada depuis décembre dernier. Arrêtés le 14 mars dernier, ils seront jugés devant un tribunal à Oujda, a rappelé Abdelilah Benabdeslam, membre de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce vendredi à Rabat.
Lors de cette rencontre, les participants ont dénoncé la «répression sociale» des manifestations organisées dans la ville minière du nord-ouest du royaume, rapporte Efe. Cité par l’agence de presse de presse espagnole, Mustafa Brahma de La Voie Démocratique (extrême gauche) critique, en particulier, la «répression systématique» des mouvements de protestations qui ont lieu à travers le pays. «Cette répression va compliquer la situation si les autorités n’apportent pas de réponses pragmatiques aux revendications sociales des citoyens», a-t-il souligné, ajoutant que le nombre de détenus avoisine 70.
Les avocats de la défense des détenus ont auparavant déclaré à Efe que 54 personnes, dont 7 mineurs, seront jugées pour «agressions des forces de l’ordre, organisation de manifestations non autorisées et destruction de biens publics».
Les manifestations à Jerada se sont déroulés de manière pacifique pendant plusieurs semaines avant de prendre une autre tournure le 14 mars, après la mort de deux personnes dans un puits de charbon clandestin. Plus de 200 blessés ont été enregistrés dans l’incident, la majorité appartenant aux forces de l’ordre.
https://www.youtube.com/watch?time_continue=369&v=rpU02RWoNgk