Photos. Des videurs leur arrachent les doigts, récit d’une nuit cauchemardesque

6622

Mohamed Amine a vu sa soirée en boite se transformer en cauchemar après s’être fait attaqué, lui et ses amis, par 5 videurs qui ont fini par lui arracher les doigts. Le jeune homme, originaire d’Agadir, a accepté de nous livrer les détails de sa mésaventure.

«J’avais invité mon beau-frère et deux de ses amis à une boite à Essaouira dont j’étais un client régulier au point que les gérants me connaissent très bien d’ailleurs», raconte Mohamed Amine.

«Il y a eu un accrochage entre mon beau-frère et un des videurs qui lui criait dessus. J’ai demandé à ce dernier de ne pas lui parler sur ce ton. Il n’y a rien eu de grave, ça s’est vite calmé. Après, quand je suis parti discuter avec le gérant, j’ai aperçu le même videur et lui ai dit d’une voix amicale que son métier était dur et qu’il fallait qu’il soit patient et qu’il ne s’emporte pas. Là, à ma grande surprise un autre videur me crie d’arrêter de faire la morale, d’un ton très agressif. Enervé, je lui demande de s’occuper de ses propres affaires», se rappelle-t-il.

«Et c’est à ce moment-là que ça a dégénéré. Les 5 videurs nous ont attaqué à coups d’armes blanches. Ils nous assènent plusieurs coups. Mon beau-frère perd 3 doigts et reçoit des coups à la tête. Et moi, je me retrouve sans un doigt et le pieds grièvement blessés. Quand j’ai appelé l’ambulance, les gérants qui nous défendaient au début ont caché les videurs. Ils ont même prétendu ne pas connaitre leurs noms complets. Chose qui est complètement absurde», nous confie Mohamed Amine, bouleversé

Et de poursuivre: «Je comprends pas comment la justice a accordé la liberté sous caution au chef de sécurité. Pourtant, il était bien complice puisqu’ils les a caché. J’ai même su que ce n’était pas la première fois que ce genre de problème arrive dans cette boite et que les gérants s’en tiraient toujours en donnant de l’argent. D’ailleurs, hier encore, ils me proposaient 60.000 dh pour régler ça à l’amiable».

Le chef de sécurité de la boite aurait été libéré sous une caution de 10.000 dh. Pour rappel, deux des videurs ont été arrêtés par les éléments de la police de la ville, tandis que trois autres sont toujours en cavale.