Peur du Vendredi 13: jour de chance ou de malchance?

168

Une vieille superstition consiste à se méfier des vendredis qui tombent le 13 du mois. Certains évitent de voyager à cette date-là, tandis que les plus optimistes y voient l’occasion de jouer au loto ou de tenter leur chance d’une façon ou d’une autre. Mais d’où vient cette croyance?

Le nombre 13 n’a déjà pas la côte. Certains hôtels, surtout aux Etats-Unis, n’attribuent même pas de chambre à ce numéro, passant directement de la 12 à la 14. Pourquoi cette peur autour du chiffre 13? Il rappelle en réalité la Cène, une scène biblique marquante pour les Chrétiens qui constitue le dernier repas du Christ avec ses apôtres qui étaient alors 13 à table. Le 13e convive réfère à Judas, qui a trahi le Christ selon la tradition chrétienne, d’où le rejet du nombre 13.

Affilié au vendredi, le chiffre 13 est encore plus honni puisque certains avancent que le Christ serait mort crucifié un vendredi, même si les historiens ne s’accordent pas sur la date exacte de sa mort.

Il y a deux ans, à l’approche du vendredi 13 janvier 2017, le site Lastminute.com s’était amusé à sonder les superstitions des Européens. Résultat: ils étaient 15 % à craindre ce jour particulier sur le Vieux continent. Soit presque autant que ceux qui redoutaient de « casser un miroir » (21 %), de « passer sous une échelle » (20 %) ou d' »ouvrir un parapluie à l’intérieur » (17 %). Et davantage que les peureux de la salière, puisque les Européens sont quand même 15 % à être superstitieux quant au fait de renverser du sel.

Paraskevidékatriaphobie

Le plus étonnant est que le vendredi 13 a généré sa propre phobie et elle porte un nom étonnant: la paraskevidékatriaphobie, ou peur irraisonnée du nombre 13. Ainsi, les vendredis 13, les paraskevidékatriaphobes ne vont pas travailler, ne partent pas en voyage, ne font pas leurs courses, bref, ne sortent pas de chez eux. Un économiste américain a d’ailleurs relevé l’impact économique puisque ces jours-là connaissent une baisse importante de la consommation. Pour les compagnies aériennes par exemple, c’est l’occasion de brader les prix, car la plupart des voyageurs évitent de prendre l’avion ce jour-là.

Les pilotes de formule 1 en particulier ont peur du chiffre 13 depuis la mort de 2 pilotes portant ce numéro en 1926. Ce chiffre n’est jamais porté dans cette discipline sauf si le pilote en fait la demande.

Les plus optimistes y voient au contraire un jour de chance. De bon augure, ils tentent leur chance au tiercé ou à la loterie.

En France, le Loto l’a d’ailleurs bien compris: chaque vendredi 13, une cagnotte spéciale est mise en place. Le nombre de joueurs et de parieurs à cette date est doublé, voire même triplé.

Cependant, cette superstition du chiffre 13 n’est pas universelle, mais spécifique à la société occidentale. En Asie, et plus couramment en Chine, c’est le chiffre 4 et tous les nombres composés de ce chiffre qui sont bannis. Il se prononce « shi », qui veut dire « mort ».

En 2020, l’année comptera deux vendredis 13, en mars et novembre. Alors, paraskevidékatriaphobe ou pas ?