Oukacha: la DGAPR dément toute tension parmi les détenus

212
(c)DR

La DGAPR a émis un démenti suite aux informations faisant état de tensions entre les détenus de la prison d’Oukacha à cause de l’octroi d’une autorisation exceptionnelle à un prisonnier qatari.

Les informations faisant état de tensions parmi des détenus de la prison locale Ain Sebaa 1, aussi appelée Oukacha, n’ayant pas bénéficié d’autorisations exceptionnelles et d’envoi de lettres pour faire part de leur protestation sont infondées et visent à « amplifier les faits et à induire l’opinion publique en erreur », a indiqué la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).

Dans un communiqué publié suite aux informations relayées par certains organes de presse écrite et électronique sur des « tensions à la prison locale de Ain Sebaa 1 en raison de l’octroi d’une autorisation exceptionnelle » à l’ex-colonel qatari Mohamed Saleh Al Tamek, la DGAPR a assuré qu’elle n’a pas reçu ce genre de lettre et qu’elle étudiera toutes les demandes qui lui parviendraient, que ce soit dudit établissement ou d’un autre, et statuera conformément aux conditions légalement prévues.

La DGAPR rappelle que les demandes d’autorisation exceptionnelle qu’elle reçoit de la part des détenus des différents établissements pénitentiaires, sont traitées par une commission centrale conformément à des conditions légales très strictes, ajoutant que pour cette raison, le nombre de réponses favorables est très réduit par rapport aux demandes et à la population carcérale.

La même source souligne que l’autorisation exceptionnelle octroyée audit détenu, évoquée dans les articles de presse, a fait l’objet d’examen par ladite commission et remplit les conditions en vigueur.

 

Avec MAP