Nouvelles arrestations de responsables sécuritaires impliqués dans un réseau de trafic de drogue

L’interrogatoire de 18 accusés pour trafic de drogue à Salé a permis de faire tomber de nouveaux policiers soupçonnés d’être liés à un réseau de trafic de drogue.

L’interrogatoire de 18 personnes -dont 14 policiers- et qui sont accusés de « corruption et complicité de trafic de drogue » a permis de déceler de nouveaux noms de policiers accusés de trafic de drogue et de complicité de trafic de drogue.

Selon la parution d’Al Massae de ce weekend, l’enquête pourrait aboutir au démantèlement d’un réseau de trafic de drogues, composé de policiers réputés qui couvriraient les opérations de trafic de drogue de grands barons en échange d’avantages et de sommes généreuses.

Al Massae précise aussi que de nombreux responsables sécuritaires seront bientôt convoqués comme témoins ou suspects, ce qui pourrait probablement augmenter le nombre de détenus sécuritaires dans cette affaire.

Le quotidien arabophone ajoute par ailleurs que plusieurs grands noms de la police sont déjà tombés suite à l’écoute, par les enquêteurs, d’enregistrements des appels téléphoniques entre certains détenus et des trafiquants de drogue et à certaines enquêtes ayant permis de repérer des flux monétaires anormaux et des enrichissement rapides.

Pour rappel, la DGSN avait annoncé, le 20 juillet dernier, l’arrestation de 14 policiers pour complicité et trafic de drogue. Les mis en cause, dont d’anciens responsables sécuritaires, une policière, un douanier, un fonctionnaire et un cheikh urbain, ont été accusés de « corruption et réception de pots-de-vin, recel d’un malfaiteur recherché, complicité dans le transport et l’exportation de drogue et divulgation du secret professionnel », chacun en ce qui le concerne, avait alors précisé la même source.