Bac: ces métiers qui prolifèrent grâce aux tricheurs

50

Centres de photocopies, cabinets d’esthétique, centres de coiffure, geeks et as de l’informatique, diplômés chômeurs… ce sont là autant d’acteurs qui tirent des bénéfices importants du marché de la triche.

Les méthodes de triche n’ont jamais cessé d’évoluer au fil des ans, soutenues par les découvertes technologique et numériques, coûtant parfois beaucoup d’argent aux tricheurs

On est ainsi passé des photocopies qui rétrécissent les cours aux téléphones intelligents, puis aux oreillettes électroniques invisibles, sans parler pour les filles de l’extension des cheveux à l’aide de tresses et de fausses mèches ou encore l’utilisation du voile pour camoufler les antisèches. Encore plus fou, certains élèvent n’hésitent pas à recourir à des opérations chirurgicales pour installer des puces dans leurs oreilles, explique Al Akhbar du mardi 6 juin.

La même source souligne qu’au fur et à mesure que les campagnes de lutte contre la triche menées par le ministère de l’Enseignement s’adaptent aux nouvelles tendances des tricheurs, ces derniers arrivent toujours à trouver de nouvelles techniques. Ceci au point que le ministère n’hésite plus à faire appel à des sociétés privées dotées du matériel nécessaire pour assurer le bon déroulement des examens