Hirak: des ONG dénoncent des « violations des droits de l’Homme » dans le Rif

Une vingtaine d’associations ont épinglé mercredi les autorités marocaines pour la « répression » des manifestants du « hirak », le mouvement de contestation populaire au Rif.

La coalition marocaine des droits de l’Homme, qui regroupe 22 associations, a dénoncé dans un rapport des arrestations « abusives » et des cas de « torture » à Al Hoceïma.

La coalition, qui a récemment entamé une mission à Al-Hoceima et mis en place une commission d’enquête, a affirmé que le nombre de personnes arrêtées depuis fin mai s’élève désormais à 135, dont sept journalistes.

Alors que 25 jeunes ont été condamnés le 14 juin à 18 mois de prison à l’issue d’un premier procès, la coalition rapporte que certains ont affirmé avoir signé des procès verbaux « sous la menace ».

Ils ont également « subi des violences physiques » de la part des policiers, a accusé la coalition.

Le ministère de la Justice a pour sa part rejeté les accusations de torture.

Dans ce même rapport, la coalition dénonce l’usage « excessif » de la force lors des interventions des forces anti-émeute, avec l’usage de « matraques » et de « bombes lacrymogènes » contre les manifestants.

(Avec AFP)