Hajj 2017: comment les clients de 22 agences de voyage se sont faits arnaquer

6038
Crédit: DR.

Cette année au Hajj, les clients d’une vingtaine d’agences marocaines se sont retrouvés sans abris pendant un moment dans les lieux saints. Que s’est-il passé au juste?

Samedi 26 août 2017, le terminal 3 de l’aéroport Mohammed V de Casablanca connait une activité particulièrement intense. Des centaines de pèlerins, vêtus de blanc, semblent tendus. Ils sont là depuis six heures, conformément aux consignes de l’agence de voyage chargée d’organiser leur séjour à La Mecque.

«Nous avons attendu ce moment depuis des années après avoir participé à cinq reprises au tirage au sort du Hajj», confie Chouaib qui se dit heureux de pouvoir enfin visiter les lieux saints.

«Dans cet endroit propice à la méditation et la sérénité, je mangerai des dattes, je boirai l’eau de ‘Zemzem’ et prierai pour tous mes proches et pour que Dieu me guérisse», ajoute ce septuagénaire, qui pour effectuer le cinquième pilier de l’Islam, a dû interrompre sa chimiothérapie.

L’accompagnant, sa femme, Rhita s’interroge pour sa part sur le retard dans les formalités à l’Aéroport: «Cela fait plusieurs heures que nous sommes ici et l’enregistrement du vol n’a toujours pas démarré», déplore-elle. Mais à l’instar de plusieurs centaines de Marocains, elle ne sera pas au bout de sa peine.

 

Ces pèlerins ne figurent pas sur la liste de réservation des hôtels

A l’arrivée en Arabie Saoudite, le choc sera encore plus grand. Les noms de plusieurs pèlerins marocains ne figurent sur aucune liste de réservation d’hôtel.

Les fidèles se retrouveront sans abris. Ils seront ballottés pendant plus de 48 heures entre les réceptions ou terrasses de divers hôtels dans l’espoir de trouver des chambres libres.

Ils viennent de Casablanca, Marrakech, Oujda, Mohammedia, Agadir… Ils sont pour la plupart âgés. En plus de la fatigue, l’angoisse les a gagné et ils s’alimentent difficilement. Ils s’interrogent désormais sur tout le déroulement du voyage: «Que va-il nous arriver après?»

 

Agences de voyage dans le viseur.

«Nous nous sommes faits arnaqués. J’ai payé pas moins de 50.000 Dirhams pour un hôtel avec formule petit déjeuner et dîner. Nous n’avons rien vu de tout cela», dénonçait lundi soir Chouaib au bout du fil du téléphone avec sa famille.

Des pèlerins dont certains ont dépensé 100.000 dirhams par personnes ont même incité leurs proches  à poursuivre en justice des agences. Mais que s’est-il passé au juste?

 

Les explications du ministère du tourisme

Contactée par H24info, une source au ministère du Tourisme ayant requis l’anonymat a révélé que 22 agences marocaines ont été concernées par le problème.

«Ces agences ont accompli leurs procédures dans le respect des lois et toutes les dispositions nécessaires, mais elles se sont faites bernées par un tour opérateur qui a failli à ses engagements», a expliqué cet haut responsable.

Et d’ajouter que le principal suspect dans cette affaire, un Saoudien d’origine égyptienne a été a arrêté et d’autres complices sont toujours recherchés.

Pour ce qui est du sort des pèlerins, la même source a précisé: «Nous avons veillé à régler ce dossier le plus rapidement possible. Ainsi au bout de deux jours, tous les pèlerins ont été recasés. Même si c’était parfois dans des standings plus bas, mais au moins nous avons remédié à la situation afin que les personnes concernées accomplissent leurs rites de manière correcte».

En effet, en collaboration avec les saoudiens, des hôtels ont été équipés, d’autres ont ouverts des pans entiers de leur établissements spécialement pour l’occasion.

A noter que le Hajj a été marqué cette année par une forte affluence des pèlerins de par le monde, leur nombre a dépassé les 2 millions, contre 1,8 l’année précédente. Les Marocains étaient pour leur part 32.000 à prendre part au pèlerinage cette année.