Une grâce royale après les limogeages royaux, l’espoir de Zefzafi et ses compagnons

8777

Après « le séisme politique » causé par le rapport sur Al Hoceima présenté au roi mardi dernier, les détenus du Hirak espèrent leur libération « pour clore le dossier des événements d’Al Hoceima », affirme samedi soir une lettre qui serait signée par Nasser Zefzafi et Mohammed Majjaoui. 

 

Après les limogeages de plusieurs ministres et hauts fonctionnaires dont la responsabilité dans les retards du programme «Al Hoceima Manarat Al Moutawasit» a été avérée par le rapport de la Cour des comptes présenté mardi dernier au roi, les activistes du Hirak attendent avec espoir une dernière initiative pour clore le dossier des événements d’Al Hoceima: la libération des détenus.

C’est ce qu’affirmeraient deux leaders du Hirak détenus à Casablanca, Nasser Zefzafi et Mohammed Majjaoui dans une lettre relayée samedi soir par un journaliste d’Al Massae Mohammed Ahaddad sur sa page Facebook.

«L’initiative royale qui a interagi positivement avec le Hirak, le mouvement des fils et filles de cette patrie, reflète une détermination claire à mettre fin aux promesses sans lendemain et à tout retard et laxisme dans la réalisation des projets de développement pour lesquels des milliers sont sortis revendiquant le droit à une vie digne. Il s’agit là d’une communion entre l’institution monarchique et la volonté et les aspirations du peuple», lit-on dans ce message qui est, selon la personne qui l’a publié, «authentique et fidèlement retranscrit».

Rendue publique à l’occasion de la commémoration de la mort, il y a une année, du poissonnier Mohcine Fikri, la lettre conclut: «Après le séisme politique (…), est très grand notre espoir que la page soit tournée et que le sourire recouvre les visages de l’ensemble des enfants de ce pays, en particulier ceux du rif et nos familles avec la libération de leurs fils».