Fusillade du café La Crème: dix hauts gradés de la gendarmerie mis en cause

25424

Dix responsables de la gendarmerie royale dans plusieurs villes ont été interpellés pour leur implication dans les activités du réseau criminel international lié à la fusillade du café La Crème à Marrakech.
À en croire le quotidien Al Massae du lundi 21 mai, une dizaine de hauts gradés de la gendarmerie royale seraient impliqué dans l’affaire de la fusillade du café La Crème situé au quartier Hivernage de Marrakech.
Le juge d’instruction chargé des crimes financiers près de la cour d’appel de Marrakech a auditionné ces responsables qui relèvent de la gendarmerie royale à Larache, Tanger et le port de Tanger Med, Tétouan, Agadir, Settat, et Marrakech. En détention préventive, ils risquent d’être poursuivis pour corruption, divulgation de secrets professionnels et de participation au trafic international de drogues.

Le quotidien rapporte que l’inculpation de ces responsables vient couronner une longue enquête et l’écoute de plus de 600 conversations téléphoniques de 100 personnes qui auraient des liens avec la fusillade.
Plus grave, ces responsables de la gendarmerie auraient été dénoncés par le réseau de trafic de drogue qui s’activait au Maroc depuis l’étranger.
Un polar aux ramifications internationales 
Le 2 novembre dernier, à 19 h 45, deux personnes à bord d’un puissant scooter tirent à bout portant sur des personnes attablées au café la Crème, faisant un mort et deux blessés graves. On apprendra par la suite que la personne décédée est un jeune étudiant dont le père est un haut responsable de la justice dans la ville de Béni Mellal.
Rapidement, les autorités bouclent la ville et se lancent à la recherche des auteurs de cet assassinat. En moins de 48 heures, les recherches conduiront à l’arrestation de deux tueurs à gages de nationalité néerlandaise, l’un (29 ans) originaire de la République dominicaine, alors que l’autre (24 ans) est du Suriname.

 
Par la suite, six autres personnes sont interpellées dans un appartement, sis au quartier Bourgogne, appartenant au patron du café la Crème. Selon plusieurs sources, la fusillade aurait été commanditée par un baron de la drogue en fuite en République dominicaine. Objectif: supprimer un des ses concurrents qui serait un Marocain résidant aux Pays-Bas, propriétaire du café où a eu le massacre qui a fait des victimes innocentes puisque les tueurs se sont trompés de cibles.
Le procès des 10 responsables de la gendarmerie s’ouvrira le 31 mai devant la cour pénale de Marrakech. Un procès retentissant qui va révéler à quel niveau le gang international de trafic de drogues a pu infiltrer la gendarmerie dans plusieurs villes de royaume.