Fès: clôture de la session ordinaire du Haut Conseil de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains

248

Les travaux de la session ordinaire du Haut Conseil de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains ont pris fin samedi à Fès, au terme de deux jours de débats sur les moyens de concrétiser les objectifs fixés par le Dahir relatif à cette institution.

Quelque 300 Ouléma membres du Conseil, représentant 32 pays africains, ont participé à cette session qui a souligné, entre autres, la nécessité d’agir en vue de parachever l’ouverture des sièges de l’ensemble des sections de la Fondation, avant la fin du mois d’avril 2018.

Une réunion de coordination entre le Secrétariat général de la Fondation et les présidents des sections a permis de se mettre d’accord sur la périodicité de la session ordinaire du Conseil supérieur fixée au mois d’octobre de chaque année, afin que cette instance puisse exécuter les missions qui lui sont légalement attribuées et qu’elle puisse décider principalement des activités programmées pour l’année suivante.

Il a été également décidé d’organiser, durant l’année 2018, trois conférences, dont l’une aura lieu au Maroc et les deux autres dans d’autres pays. Les rencontres auront pour thèmes ‘’les réfutations par la Charia des allégations terroristes’’, ‘’As Salafiya’’ et ‘’le rôle des Ouléma dans le renforcement de la paix et le règlement des dissonances et des désaccords’’.

Le Secrétariat général de la Fondation accueillera également trois Ouléma appartenant à chaque section au rythme de deux sections par semaine, qui résideront au Maroc pendant une semaine, durant laquelle ils prendront connaissance des méthodes de travail des Ouléma et des autres aspects de la gestion du champ religieux, en vue de la bonne transmission et de la diffusion de la culture de la modération.

Un site internet officiel de la Fondation disposant d’un comité de rédaction devra aussi être mis en ligne, dans les deux prochains mois.

Les participants à cette session ont enfin réitéré que le dénominateur commun obligatoire entre les membres de la Fondation est la doctrine acharite et le soufisme sunni, alors que le rite juridique relève de ce que les adeptes ont coutume de suivre.

Cette session ordinaire a été marquée par la réunion des quatre commissions de la Fondation, en l’occurrence la commission des activités scientifiques et culturelles, la commission des études de la charia, la commission chargée de la revitalisation du patrimoine islamique africain et celle de la communication, de la coopération et du partenariat.

Les ouléma participant à cette session représentent le Niger, le Kenya, la Somalie, le Burkina Faso, le Tchad, la Mauritanie, les Comores, le Bénin, la Gambie, le Mali, Djibouti, l’Angola, la Centrafrique, le Gabon, l’Éthiopie, Sierra Leone, Madagascar, la Guinée Bissau, le Nigeria, le Rwanda, l’Afrique du Sud, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Congo, le Togo, Sao Tomé, le Liberia, le Ghana, la Guinée Conakry, la Tanzanie et le Soudan.