Le débat sur l’homosexualité s’invite au Parlement

336

L’échange a été houleux autour de la dépénalisation de l’homosexualité entre un député PPS et le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme lors d’une séance d’examen du budget sectoriel, jeudi soir à la Chambre des conseillers.

«L’homosexualité existe bien au Maroc comme partout. Aujourd’hui, il y a des gens qui appellent à un amendement du Code pénal pour que cette tendance sexuelle ne soit plus pénalisée, au même titre que le sexe hors mariage, la rupture de jeûne en public durant ramadan… Il faut leur donner la possibilité de s’exprimer, de défendre leur position», a déclaré à H24Info le député PPS Abdelatif Ouamou.

Revenant sur son débat avec Mustapha Ramid, ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme, le député à la deuxième Chambre a souligné que le ministre veut garder ces sujets tabous et fermer tout débat.

«Le ministre agit comme si ses avis, ses interprétations conservatrices représentent celles de toute la société marocaine. Il renie les engagements du Royaume concernant l’adaptation du système juridique national avec ses engagements internationaux. Ceci alors que la constitution marocaine insiste sur les droits et les libertés dans leur globalité et leur universalité et la suprématie des conventions internationales sur les législations nationales», a martelé Ouamou.

Et d’ajouter: «Les homosexuels sont nés ainsi, pourquoi la loi s’acharne contre eux et les incrimine».

De son côté, Mustapha Ramid a vivement critiqué la position du député PPS, relevant que «dépénaliser l’homosexualité est un pas qu’aucun ministre raisonnable ne peut franchir, que cela constituera un trouble à l’ordre public et portera atteinte à la cohésion de la société marocaine»