« Séisme », « gifle », « peine capitale »… la presse revient sur les limogeages royaux

4926
Crédit H24info

Ce jeudi 26 octobre, les quotidiens marocains ont consacré leur Une au limogeage des ministres par le roi Mohammed VI après la présentation du rapport sur Al Hoceima Manarat Al Moutawassit. Tour d’horizon.

 

Crédit H24info

« Le séisme de La Manarat… La peine capitale politique pour 9 ministres et de hauts responsables » titre le quotidien Al Massae en Une de son édition de ce jeudi 26 octobre, consacré au limogeage de quatre ministres et l’interdiction à cinq autres d’occuper de hautes fonctions suite au rapport de la Cour des comptes accusant des retards d’exécution dans le programme d’Al Hoceima Manarat Al Moutawassit.

Le quotidien souligne que le roi « en mettant fin à la carrière des politiques et des technocrates » a pris une « décision sans précédent » et que « le communiqué du cabinet royal a traduit concrètement l’expression du séisme politique évoqué dans le discours de l’ouverture du Parlement ».

 

Crédit H24info

 

« Le séisme…!! » sur la Une d’Al Ahdath Almgharibia. Le quotidien titre sur son article, « le séisme d’Al Hoceima frappe le gouvernement », précisant que « les gens ont refusé l’instrumentalisation politique de leurs revendications politiques justes, et le roi a vite compris le cri des enfants du peuple, il s’est positionné de leurs cotés et leur a rendu justice ».

Crédit H24info

« Victimes et orphelins » titre l’éditorialiste du quotidien Al Akhbar Rachid Nini dans sa chronique « Chouf Tchouf ». Le directeur de publication du quotidien a rappelé dans son article que le communiqué du Palais royal estime que « le limogeage des ministres est un exemple donné à ceux qui ont encore des responsabilités ». Rachid Nini a saisi l’occasion pour cibler le SG du PA et Président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Ilyas El Omari. « Il semble que la personne qui n’a pas compris les derniers discours du roi est Illyas El Omari » estime Nini faisant référence à l’attachement d’El Omari à son poste de patron de le formation du tracteur.

 

Crédit H24info

De son côté, le quotidien Akhbar Alyaoum titre « Séisme royal ». Le journal s’interroge s’interroge sur le sort du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) dont trois ministres ont subi la sanction de Mohammed VI, le journal se demande si le parti du livre sera remplacé par l’Istiqlal au gouvernement.

Son éditorialiste Toufiq Bouaachrine estime que la nouvelle des limogeages des ministres a « rendu le Marocain lambda heureux », mais « le rapport de la Cour des comptes a laissé des points vides, et rares sont les gens qui savent pourquoi il a exempté certaines grosses têtes de la réédition des comptes ». Pour le directeur de publication d’Akhbar Alyaoum, le communiqué du cabinet royal n’est pas « un séisme politique complet, il est dans le meilleur des cas un signe du début d’un tremblement qui réveillera le royaume de son sommeil, ainsi que le pouvoir et la classe politique ».