Sebta: l’Espagne supprime les fils barbelés, le Maroc en installe de nouveaux

9342
.DR

«Jamais il n’y a eu autant de fils barbelés entre Sebta et le Maroc», titrent les médias espagnols. En effet, le Maroc vient de finaliser sa double clôture érigée devant l’enclave espagnole, alors que l’Espagne vient de retirer la sienne.  

Huit kilomètres de fil de fer barbelés ont été installés sur la frontière entre le Maroc et la ville de Sebta. De l’autre côté de la frontière, le gouvernement espagnol vient enfin de mettre à exécution le plan visant à supprimer ces fils barbelés, longtemps dénoncés par les associations de défense de droits de l’Homme.

La clôture marocaine domine toute la montagne, donnant sur la localité de Benzu. Elle est presque entièrement recouverte de lames tranchantes, seuls quelques points sont encore découverts, précise le site local El Faro de Ceuta, qui évoque de nouveaux chantiers du côté marocain. A ses doubles clôtures, des fossés assez profonds sont en cours de construction et ils seront également équipés de fil de fer barbelé, note-t-on de même source.

A seulement 30 mètres, la frontière espagnole a quant à elle bénéficié d’une remise à niveau, avec comme fait marquant la suppression définitive de ces fils barbelés. Une décision prise par le gouvernement de Pedro Sanchez il y a plus d’un an, et mise à exécution en novembre dernier. La suppression de ces lames «meurtrières» avait été exigée par plusieurs ONG et même par l’Union Européenne qui y voyait une entrave aux droits de l’Homme.

Mais voilà qu’au moment où l’Espagne les retire, le Maroc en place de nouveaux, bien plus imposants et dont la construction a été financée par les fonds de l’Union européenne, note Publico. Le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, derrière l’initiative ibérique, déclarait à ce propos, que «(nous) respectons absolument la souveraineté des autorités marocaines afin de déterminer leur périmètre», rappelle le quotidien ABC.

Du côté de l’enclave, de nouveaux chantiers ont également débuté et ils prévoient la construction d’un mur haut de dix mètres, alors que l’actuel ne dépasse pas une hauteur de six mètres. Le mur sera construit à partir de différents matériaux, combinant barres de fer et cylindres métalliques.