Sebta et Melilia: durcissement des conditions d’obtention de la nationalité espagnole

234

En début d’année, le Parti Populaire (PP) a proposé une modification du code civil espagnol consistant à durcir l’obtention de la nationalité aux nouveaux-nés des femmes étrangères accouchant sur le territoire des deux enclaves espagnoles. 

Le projet de loi, porté par les villes de Sebta et Melilia et adressé au gouvernement espagnol, prévoit l’obtention de la nationalité espagnole sous réserve d’y avoir été résident légal pendant dix années consécutives, rapporte le site espagnol El Pueblo de Ceuta. Les enfants d’étrangers nés dans les deux villes peuvent être considérés comme Espagnols si l’un des deux parents est également né en Espagne.

Lire aussi : Vidéo. Ceuta: des porteurs aident la police à contrer une incursion de migrants

Pour justifier sa demande, le PP cite des statistiques de l’INGESA (Institut National de Gestion Sanitaire) selon lesquelles 30% des naissances à Sebta et 60% de celles à Melilia sont de mères marocaines. Un chiffre que le parti de droite justifie par l’attirance de ces femmes pour le système de soins de santé espagnol.

Selon le parti, la « pression migratoire » des deux villes serait donc de 25 fois supérieure à la moyenne nationale pour Sebta et 50 fois pour Melilia.

Lors de la séance plénière du parlement espagnol ce mardi, le projet de loi a été approuvé avec le vote favorable du parti populaire et le rejet des autres groupes parlementaires (PSOE, Caballas, MDyC et CS).

Lire aussi : Deux Africains morts à Ceuta après avoir franchi la clôture frontalière

L’opposition critique le discours de « l’invasion islamique » qui serait tenu par le PP. Au demeurant, seulement 2 300 personnes ont obtenu la citoyenneté à Sebta sur un total d’un million dans tout le pays ibérique durant ces quatorze dernières années, rappelle le MDyC (Mouvement pour la dignité et la citoyenneté) rapporté par le média espagnol El Foro de Ceuta.

Le porte-parole du parti populaire, Emilio Carreira, a défendu la position du PP en niant le caractère « raciste » de la mesure, devant une opposition qui considérait en bloc cette mesure comme « électoraliste », révèle le quotidien espagnol El Faro de Ceuta.

Pour rappel, l’exigence d’un an de résidence est requise jusqu’à présent pour l’octroi de la nationalité espagnole aux étrangers nés à Sebta et Melilia.