Covid-19: deux nouvelles « variantes préoccupantes » détectées au Royaume-Uni

2669

Les deux nouvelles mutations de coronavirus découvertes récemment dans les villes britanniques de Bristol et Liverpool ont été reclassées respectivement en tant que « variante préoccupante » et « variante sous enquête » par le groupe consultatif sur les menaces de virus respiratoires nouveaux et émergents du gouvernement britannique (NERVTAG).

Le groupe craint par ailleurs que la variante trouvée dans la ville de Bristol ne soit hautement transmissible, ce qui pourrait éventuellement bouleverser le programme de vaccination en cours.

L’organisme de santé publique « Public Health England » a signalé 76 cas de ces deux nouvelles souches, dont 55 cas de la variante découverte à Liverpool, et 14 de la variante de Bristol, 4 de la même souche à Manchester et 3 cas épars.

Les deux variantes contiennent une mutation E484K qui a été localisée dans les variantes sud-africaine et brésilienne et peut rendre le vaccin contre Covid-19 inefficace.

Malgré les craintes liées à l’émergence des nouvelles variantes, le NERFTAG rassure que les personnes vaccinées devraient toujours être protégées contre les formes sévères de la maladie de Covid-19, alors que des responsables de la santé ont dit avoir « un degré élevé de confiance que les vaccins fonctionneraient bien contre ces variantes ».

Selon Susan Hopkins de Public Health England, il était « rassurant » de constater que les cas de la variante sud-africaine, ou celle détectée à Bristol, n’augmentaient pas rapidement ».

Ces variantes « restent très stables (…) Bien sûr, les données sont toujours un peu en retard, mais nous les observons maintenant depuis quatre semaines, donc je pense que c’est rassurant », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.

Il existe maintenant quatre variantes préoccupantes du virus qui cause la maladie de Covid-19, identifiées par des conseillers gouvernementaux, dont trois ont été trouvées au Royaume-Uni.

Le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson fait face à de sévères critiques sur le « laxisme » pour tester les dépliants internationaux qui ont conduit à une augmentation des cas de diverses variantes identifiées à l’étranger.

Il a serré la vis en mettant en place un vaste programme de contrôle sanitaire dans les frontières britanniques en vue d’éviter l’importation de nouvelles souches susceptibles de résister aux vaccins, tout en interdisant l’entrée à son territoire à 33 pays jugés « à haut risque ».