Campagne de vaccination au Maroc: un site internet pour prendre rendez-vous

7001

Les autorités ont ouvert dimanche les prises de rendez-vous pour la vaccination contre le nouveau coronavirus, première étape d’une campagne nationale gratuite et « graduelle » prévue dès la semaine prochaine.

Les premières injections sont réservées en priorité aux professionnels de la santé de plus de 40 ans, aux autorités publiques, aux militaires, aux enseignants de plus de 45 ans, mais aussi aux plus de 75 ans, dans les zones marquées par d’importants taux de contamination.

Les personnes ciblées ont été invitées à prendre rendez-vous à partir de dimanche midi sur le site internet (www.liqahcorona.ma) spécialement conçu pour la campagne et permettant aussi de signaler d’éventuelles réactions indésirables.

Si aucune date n’a été officiellement communiquée pour les premières vaccinations, une campagne de sensibilisation sur le thème « Je me protège, je protège mon pays » avait été lancée dès vendredi par le ministère de la Santé qui espère immuniser quelque 25 millions d’adultes.

« Le combat qu’on devrait mener aujourd’hui est celui de la vaccination. Le vaccin est disponible pour que vous puissiez vivre sereinement », explique le spot officiel diffusé en différents dialectes, sur les télévisions, radios nationales et réseaux sociaux.

Le royaume a reçu vendredi une première livraison de vaccins du britannique Astrazeneca, fabriqués en Inde, et il attend mercredi d’autres lots du groupe chinois SinoPharm, selon un communiqué du ministère de la Santé.

Les autorités ont validé les deux vaccins, donnant une autorisation d’urgence de 12 mois au vaccin Sinopharm, après avoir autorisé début janvier le vaccin britannique pour la même durée.

Le Maroc avait commandé fin décembre 65 millions de doses de ces vaccins, les moins chers et plus faciles à conserver.

 

Lire aussi. Le Maroc autorise l’utilisation du vaccin de Sinopharm

 

La pandémie touche avant tout les villes à forte densité urbaine, comme la capitale économique Casablanca et la ville de Salé.

Comme dans d’autres pays, la campagne, qui avait officiellement été annoncée dès le début du mois de novembre, a été retardée par les délais de livraison du vaccin. Les médias locaux ont toutefois critiqué un manque de communication sur le sujet.