Sahara: qui est Staffan De Mistura que le Polisario a accepté comme émissaire de l’ONU ?

4103
Le diplomate italo-suédois, Staffan De Mistura./DR

Après de multiples refus et blocages, le Polisario a accepté officiellement la proposition de nomination de Staffan De Mistura en tant que nouvel émissaire de l’ONU au Sahara.

Le Polisario a rendu public, ce vendredi 21 mai, son accord pour la nomination du diplomate italo-suédois, Staffan De Mistura, au poste vacant d’émissaire des Nations unies pour le Sahara. Un accord formulé le 29 avril dernier, à en croire Taleb Omar, “ambassadeur” sahraoui à Alger dans une interview accordée à l’agence de presse algérienne APS.

Staffan De Mistura, ancien membre du gouvernement italien, a dédié plus d’une trentaine d’années de sa carrière au service des Nations Unies. Il a occupé entre autres les postes d’ancien secrétaire général adjoint et envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, d’ancien représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Afghanistan, en Irak et au Liban, d’ancien représentant personnel du secrétaire général pour le Sud-Liban et d’ancien directeur du Centre d’information des Nations Unies à Rome.

 

Lire aussi: Sahara: le Polisario bloque la candidature d’un nouvel émissaire de l’ONU

 

Polyglotte, De Mistura parle suédois, italien, anglais, français, allemand, espagnol et arabe. L’italo-suédois qui détient par ailleurs le titre italien de marquis a ainsi travaillé dans des régions touchées par des conflits, notamment la Somalie, le Moyen-Orient, les Balkans, le Népal ou encore l’Afghanistan. «Dans des conditions difficiles, il a encouragé le dialogue politique, dirigé les efforts de reconstruction, de développement et d’assistance humanitaire, et a participé à la supervision des élections», écrit à son sujet l’ONU.

Toutefois, sa nomination n’aurait toujours pas reçu le feu vert de Rabat. Pour rappel, le poste d’émissaire de l’ONU pour le Sahara est vacant depuis la démission de l’Allemand Horst Kohler en 2019. Depuis, les efforts pour la d’un nouvel émissaire n’ont essuyé que des refus.