Sahara: nouvelle passe d’armes entre le Maroc et l’Afrique du Sud

Déjà en froid diplomatique, le Maroc et l’Afrique du Sud se sont échangés plusieurs invectives, par communiqués et agences officielles interposés, au sujet de la question du Sahara.

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a reçu jeudi 9 avril un briefing du Secrétariat des Nations Unies sur la question du Sahara. La délégation sud-africaine, qui siège exceptionnellement au Conseil de sécurité, a déploré une impasse du processus politique «principalement imputable au Maroc» qu’elle qualifie de «force occupante». Un article publié par l’Agence officielle MAP affirmant que

Pretoria «s’est retrouvée en déphasage avec tous les autres membres du Conseil, ressassant une position idéologique sclérosée. L’Afrique du Sud a en effet répété devant l’instance exécutive onusienne un ensemble hétéroclite de tropes mêlant la mauvaise foi au dogmatisme idéologique d’un autre temps».

 

Lire aussi: L’Afrique du sud appelle à un cessez-le-feu au Sahara, pourtant effectif depuis… 1991!

 

Des affirmations que le département sud-africain a qualifiées de «rapport tronqué». La délégation a affirmé  que sa politique étrangère est « toujours fondée sur des principes et non sur l’opportunité », insistant sur sa participation aux débats au sein du Conseil de sécurité de l’ONU en sa qualité de membre élu et président en exercice de l’Union africaine (UA). « L’approche de l’Afrique du Sud sur le Sahara est guidée par la position de l’Union africaine, qui a toujours soutenu l’autodétermination du peuple du Sahara, conformément aux décisions pertinentes de l’UA et aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies », a soutenu le ministère sud-africain des Affaires étrangères et de la coopération internationale, dans un communiqué publié lundi.

 

L’ambassade marocaine à Pretoria riposte

 

L’ambassade du Maroc en Afrique du Sud a quant à elle réfuté, mardi, «les allégations colportées par le ministère sud-africain des Relations internationales et de la Coopération (DIRCO) au sujet de l’intégrité territoriale du Maroc». Elle a souligné le «caractère déplacé, erroné et fallacieux de l’argumentaire sud-africain qualifiant le Sahara marocain de « dernière colonie en Afrique ».

Selon la représentation diplomatique, «il s’agit d’une allégation qui s’inscrit complètement en porte à faux avec la réalité sur le terrain telle qu’elle est établie, à travers les années, par l’ONU, qui gère d’une manière exclusive le dossier du conflit régional crée de toutes pièces autour de l’intégrité territoriale du Maroc», indique l’ambassade, qui rappelle que sur le plan juridique, «près de 70 résolutions du Conseil de Sécurité et pas moins de 120 rapports des différents Secrétaires Généraux de l’Onu sur la question ne comportent aucune référence au Sahara marocain en tant que « territoire occupé » ou au Maroc en tant que « force d’occupation ».