Sahara marocain: la déclaration tripartite publiée officiellement par le gouvernement Biden

17185
DR.

C’est officiel, les États-Unis viennent de publier le texte de la déclaration tripartite signée le 22 décembre entre le Maroc, l’Amérique et Israël. Une forme de reconnaissance du gouvernement Biden de l’accord conclu entre son prédécesseur et le roi Mohammed VI.

La déclaration tripartite, qui porte le numéro officiel 20-1222, a été publiée sur le site Web du Département d’État (équivalent américain du ministère des Affaires étrangères). Une publication qui confirme donc que la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur l’ensemble du territoire du Sahara est bien une décision émise par la plus haute autorité constitutionnelle du pays, et que l’administration actuelle s’engage à respecter.

Lors de leur premier contact, le secrétaire d’État, Antony Blinken, avait assuré à son homologue marocain, Nasser Bourita, que les États-Unis ne renonceraient pas à reconnaître la marocanité du Sahara. Avec cette publication officielle, c’est désormais chose faite.

Pour rappel, la déclaration conjointe tripartite comprend la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara et le renouvellement de leur soutien à la proposition d’autonomie marocaine que les États-Unis jugent sérieuse, réaliste et crédible et seule base pour une solution juste et durable du conflit.

Les États-Unis s’engagent également dans la déclaration à encourager le développement économique et social au Maroc, y compris dans la région du Sahara à travers l’ouverture d’un consulat à la ville de Dakhla, afin d’améliorer les opportunités économiques et d’investissement au profit de la région.

Dans la déclaration commune, les trois pays ont évoqué les échanges de vues lors du même appel entre le roi Mohammed VI et le président Donald Trump concernant la situation actuelle dans la région du Moyen-Orient, au cours duquel le roi a renouvelé la position stable et équilibrée du Maroc concernant la question palestinienne. Pour le souverain, le caractère spécial de la ville sainte d’Al Qods par rapport aux trois religions monothéistes est à préserver surtout en la qualité du roi en tant que Président du Comité d’Al Qods Acharif.