Rififi autour de l’organisation du Festival des Musiques sacrées du monde

195

Rien ne va plus entre l’Association Fès-Saïss pour le développement culturel, social et économique et la Fondation Esprit de Fès. L’objet du litige n’est autre que l’organisation de la 26e édition du Festival des Musiques sacrées du monde.

Annoncée il y a quelques jours par l’Association Fès-Saïss, cette nouvelle édition devait se tenir du 4 au 12 juin 2021 sous le thème « Nouvelles Andalousies ». Sauf qu’il n’en est rien à en croire la Fondation Esprit de Fès qui s’est fendue d’un communiqué dans lequel elle s’étonne de l’annonce, par une tierce partie, d’organiser la prochaine édition du célèbre festival.

« La Fondation Esprit de Fès, seule organisatrice sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi depuis 20 ans du Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde, dénonce ces déclarations », lit-on notamment dans le communiqué de la Fondation, jugeant que ces déclarations sont « illégitimes et irresponsables ».

« Respectueuse des règles sanitaires édictées par les seules autorités compétentes, la Fondation Esprit de Fès n’annoncera aucune date tant que lesdites autorités ne l’auront pas autorisée », relève le communiqué.

La Fondation Esprit de Fès indique, par ailleurs, qu’elle prendra toutes les dispositions juridiques pour préserver ce patrimoine immatériel de la ville de Fès devenu avec les années un des plus grands festivals au monde par sa notoriété et sa grande richesse culturelle et spirituelle.

Le Conseil d’Administration de la Fondation Esprit de Fès, qui se réunira dans les prochaines semaines, prendra « les décisions raisonnées » pour protéger le Festival de toutes « les manœuvres contreproductives » tout en œuvrant à ce qu’il demeure un outil de solidarité et d’exemplarité au service du rayonnement des valeurs et de l’image de notre pays et de la ville de Fès, conclut le communiqué.